Sophie d'Espagne se trouvait en Indonésie au moment du drame. Samedi dernier,
lors de la messe à la mémoire d'Erika Ortiz, la souveraine était enfin là pour réconforter
sa belle-fille, toujours en état de choc.

Létizia : Dans les bras de la reine

Tout s'était enchaîné de manière tellement brutale. Malgré sa ferme volonté de parvenir à temps aux funérailles de la sœur de Letizia, Sophie n'avait pu anticiper son retour d'Indonésie. La souveraine avait bien joint par téléphone sa belle-fille pour partager sa peine et alléger un peu sa souffrance, mais elle n'avait pu la serrer dans ses bras.

En ce soir du samedi 10 février, la reine est enfin à ses côtés. Après vingt-trois heures de vol avec escales à Phnom Penh et Dubaï, Sophie a pris place dans l'église de la paroisse de l'Anunciacion de Nuestra Señora où, dans la plus stricte intimité familiale, un office est célébré "pour le repos de l'âme d'Erika Ortiz". A peine a-t-elle aperçu la souveraine que l'épouse de Felipe s'avance vers elle et s'incline en révérence. Sophie passe la main dans ses cheveux, puis la relève tendrement, et l'étreint. Le geste d'une mère. La preuve d'affection de toute la famille royale d'Espagne en ce moment crucial où une future maman doit admettre la fragilité de la vie.

Publicité

A cette messe célébrée par l'archevêque émérite José Manuel Estepa, dans la localité de Pozuelo, lieu de résidence du père de Letizia, Jesus Ortiz, est également présente Telma. La sœur cadette, 33 ans, se trouvait elle aussi trop loin, aux Philippines, pour être présente aux funérailles, le 8 février, au crématorium de La Paz. Profondément meurtrie, c'est maintenant au tour de Letizia de la consoler et de trouver une raison au geste fatal d'Erika. Car comment accepter que la maman d'une petite fille de 6 ans ait souhaité en finir avec l'existence ? Si le mot de suicide n'est pas encore prononcé, et la réalité des faits pleinement établie, la presse espagnole a cependant laissé filtrer quelques informations éclairant les circonstances du drame.

Publicité
Les quotidiens ''El Pais'' et ''El Mundo'', citant des sources proches de l'enquête, révèlent notamment qu'Erika aurait succombé, à 31 ans, "à une ingestion de médicaments, notamment de tranquillisants". Prudents, ces médias annoncent également que les causes du décès, en raison d'analyses complémentaires, ne seront pas connues avant un mois. Néanmoins, la jeune femme aurait rédigé, avant de disparaître, plusieurs lettres destinées aux membres de sa famille. Cela évidemment ne répare rien, mais permettra sans doute à Letizia de comprendre le pourquoi, et de parvenir ainsi à faire son deuil. Car la vie doit nécessairement être la plus forte. Dans trois mois, elle sera la plus forte...

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping People du jour :