Personne n'oubliera le jeudi 4 juillet 2008. Au haut d'une passerelle, Ingrid Bétancourt se jette dans les bras de ses enfants. Elle ne les avait plus vus depuis six ans et demi !

La porte s'ouvre

Ce sont d'abord des mains qui s'écrasent contre le hublot, comme pour le faire voler en éclats cet obstacle ultime. Ingrid court sur le tarmac de l'aéroport de Bogota, sa mère à son côté, grimpe quatre à quatre les marches de la passerelle menant à l'Airbus présidentiel en provenance de Paris. Elle est seule à présent. La porte s'ouvre, l'ex-otage la plus célèbre du monde se jette dans les bras de son fils Lorenzo, puis enlace Mélanie, sa fille, qui se sont tant battus pour sa délivrance.

Publicité
Publicité