Les rumeurs étaient là. Depuis quelques semaines déjà, certains journaux ne s'embarrassaient d'aucune précaution pour anticiper l'annonce de l'heureux événement.
Premier indice ? Fin septembre, pendant la cérémonie à la cathédrale Saint-Isaac de Saint-Pétersbourg pour le transfert des cendres de l'impératrice douairière Maria Feodorovna, la princesse héritière a eu un léger malaise. Une défaillance de quelques secondes aussitôt remarquée et largement interprétée.
Pourtant aucun signe ne vient confirmer l'hypothèse. Les observateurs supputent, échafaudent et guettent la silhouette de la princesse. Mais rien. Malgré ses tenues ajustées, pantalon taille basse, jeans slim, robes du soir décolletées, vestes cintrés, la belle brune aux reflets auburn d'origine tasmanienne paraît même encore plus mince qu'avant la naissance de Christian. Son sourire, lui, reste inchangé, si ce n'est un voile de mélancolie.
Mary est réservée, pâle, sa longue silhouette trahissant parfois une fragilité et une extrême sensibilité. A l'anniversaire des 60 ans du roi de Suède, sur le portrait officiel des souverains européens réunis pour l'occasion, elle apparaît égarée, éthérée, voire triste. Au point que certains interprètent cette apparente langueur. Baby-blues ou déception face à son nouveau destin ? D'autant que Frederik participait alors à une régate au large des côtes italiennes.

Les récentes photos prises dans le jardin de Fredensborg pour l'anniversaire du petit Christian prouvent tout le contraire ! Son bonheur et sa joie de vivre éclatent en privé, entre rires et facéties.

Deux ans après son mariage avec le prince héritier et un an presque jour pour jour (Christian vient de fêter son premier anniversaire, le 15 octobre dernier), Mary est à nouveau enceinte. De quoi mettre en joie tout un peuple. Et de reconnaître que, malgré les critiques, les trois princesses héritières, Mary, Maxima et Letizia, ont réussi jusqu'à présent des parcours sans faute en forme de marathon. La vie ne les avait pas préparées à leur rôle.

A l'instar de l'ancienne journaliste espagnole et de l'ex-financière argentine, Mary travaillait, en Australie, comme chef des ventes dans une grande agence immobilière "Belle Property" et a évolué dans la sphère de la communication, des relations publiques et de la publicité, notamment chez Young & Rubicam.

Femme active, indépendante, oui. Habituée aux mondanités du gotha et aux obligations d'une charge royale, non. Un apprentissage qu'elle a dû faire en accéléré, même si Mary et Frederik ont réussi, peut-être un peu plus longtemps que les autres, à cacher leur relation pour se préserver des médias.

Le premier grand saut de Mary date de 2002 lorsqu'elle décide de venir s'installer en Europe. Ce sera d'abord Paris, où elle enseigne l'anglais dans une école de commerce. Quelques mois plus tard, elle se rapproche encore et devient consultante pour Microsoft Business Solution, à Copenhague. Même si Mary s'en défend, aux yeux des Danois, l'histoire d'amour entre le fils aîné de la reine Margrethe et la jeune Tasmanienne, de quatre ans sa cadette, ressemble à un conte de fées. Contrairement à son frère Joachim, marié depuis 1995 et déjà père de deux enfants, Frederik était réputé pour être un séducteur de haut vol, jaloux de sa liberté et semblait adorer le costume de l'éternel célibataire. Mais Mary était différente. Le 14 mai 2004, Frederik offre sa couronne à la femme de sa vie.

Aussitôt, elle devient l'attraction favorite des journaux danois et séduit très vite ceux des autres pays. En Australie, elle est sacrée reine de cœur, tout le continent exulte et fait tirer les feux d'artifice pour la célébrer. En faisant la une du "Vogue" australien en robe Prada, elle passe au rang d'icône de la mode. Son goût est sûr. Son amour aussi.

Publicité

A Hambourg en visite officielle, à Verbier en Suisse pour les vacances de sport d'hiver en tête à tête, en réunion familiale, lors des retrouvailles avec les cousins des familles royales de Grèce et de Norvège cet été, Mary et Frederik font preuve d'une complicité intacte. Ils ne se séparent que le temps de quelques régates. Mais qui mieux que Mary, excellente navigatrice elle aussi, peut comprendre la passion de la mer ?

Publicité
Si elle s'investit de plus en plus dans son rôle de princesse héritière (elle est présidente de l'Association danoise du cœur et marraine d'une dizaine d'associations caritatives et culturelles), elle n'en oublie pas pour autant ses promesses. Notamment celle de revenir fréquemment sur sa terre natale. En novembre, elle s'envolera pour l'Australie et la Tasmanie. Elle sera accompagnée de son royal époux et de son fils, qu'elle a promis de présenter à tous ses amis. Un voyage totalement privé, à l'écart du protocole et des sorties officielles. Que rêver de mieux qu'un retour à ses racines pour l'heureuse attente d'une maman épanouie ?

Une reine de coeur

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping People du jour :