Le 23 juin, après une semaine de prison, le prince Victor-Emmanuel de Savoie a été placé aux arrêts domiciliaires, le juge accédant à la demande de ses avocats. Il séjourne désormais à Rome. Son fils, Emanuele filiberto de Savoie, nous raconte les conditions scandaleuses de son arrestation, sa réaction lorsqu'il a appris la nouvelle et sa joie au moment de la libération de son père.

"Mon père est innocent"

''Point de vue'' Quand avez-vous pu parler à votre père ? ''Emanuele filiberto de Savoie'' Mardi 20 juin au soir, tout de suite après son interrogatoire. Il était fatigué et éprouvé, physiquement et moralement, car sa confrontation avec les juges avait duré cinq heures. Son état de santé n'est pas formidable. Quelques semaines avant son arrestation, il a subi des examens médicaux, au cours desquels on a détecté une tache au poumon. Depuis, il est sous traitement médical et je sais qu'il a été emmené au moins une fois à l'infirmerie de la prison de Potenza.

Combien de temps a duré votre entretien ? Deux ou trois minutes. C'est papa lui-même qui y a mis fin. D'autres prisonniers attendaient leur tour pour téléphoner.

Vous n'êtes pas allé le voir à Potenza ? Non, car il nous a demandé expressément de ne pas le faire. Il ne souhaitait pas aggraver la pression médiatique autour de cette affaire. La prison et le palais de justice étaient déjà assiégés par les photographes. En outre, il ne voulait pas que nous le voyions en prison.

Publicité

Quelle a été votre réaction lors de la publication des conversations téléphoniques, au cours desquelles votre père évoque ses rapports avec des prostituées et tient des propos assez durs sur certaines personnes, notamment la journaliste italienne Giuliana Sgregna prise en otage en Irak ? Je ne cautionne ni n'approuve ces conversations, mais les propos tenus par mon père ne sont pas des preuves de sa culpabilité ou de son implication dans l'enquête en cours.

Publicité
Certains membres de votre famille, ainsi que des hommes politiques, lui reprochent des fréquentations douteuses ? Il a été imprudent, mais il faut restituer tout cela dans le contexte de son retour en Italie. Mon père a attendu ce retour pendant soixante ans. Le jour où cela est finalement arrivé, il était tellement heureux. Il ne s'est pas méfié, il voulait voir tout le monde, parler à tout le monde, il aurait dû éviter certaines personnes, auxquelles il a servi, à son insu, de carte de visite. C'est sa seule faute. Cela n'en fait pas un criminel. Pour l'instant, mon père est toujours entendu comme témoin. Il n'est pas inculpé. Tout le monde, y compris les magistrats, se rend compte que les choses sont allées très loin et trop vite. Mon père est innocent et cette affaire a gâché son retour en Italie, l'une des plus grandes joies de sa vie.

Chaque semaine, retrouvez toute l'actu people sur le site de Point de Vue !

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping People du jour : 

Publicité