Long comme un dimanche... de fiançailles. Sauf que pour eux, cela fait des années que ça dure. Ces couples-là, dont on attend impatiemment qu'ils convolent enfin, on les voit souvent dans les mariages... des autres.
Comme si officialiser, en ne se cachant pas, ce qui autrefois s'appelait une liaison, leur permettait de ne pas s'engager vraiment.

Albert et Charlène

Pour les princes, c'est une victoire de vivre leur vie, et d'aimer comme et autant qu'ils le souhaitent. Mais pour celles qui rament dans leur sillage, ce n'en est pas une que d'accepter ce statut d'intermittentes de la monarchie. Depuis le temps que leurs princes charmants les couvrent de baisers, il serait temps qu'elles se réveillent ! Qu'elles s'appellent Charlene, Kate... ou même Daniel !

Sur le Rocher

Publicité
Ils s'étaient croisés une première fois en juin 2001, à Monaco, où Charlene disputait une compétition. Un verre, un tour du Rocher, la nuit, dans la voiture du prince... et pfuittt ! Plus rien. Juste un souvenir. Fugace et sans lendemain. "''Il s'est montré charmant,'' racontera-t-elle, ''un parfait gentleman''". Sauf que. Pas si fugace que ça...
Publicité
Publicité