Sir Elton John vient d'interpréter ''This is your song''. Il parle maintenant, joue le présentateur. "''Si nous sommes tous là aujourd'hui, c'est grâce à deux gars. Pas besoin de les présenter, vous les connaissez bien.''" Jean couture, mocassins pour William, santiags pour Harry, les deux princes s'avancent sur la scène. L'aîné lance à la foule,"'' nous avons réuni ici tout ce que Diana aimait, la musique, la danse, les associations caritatives, sa famille et ses amis.''" Harry enchaîne : "''Mes pensées vont aussi aux hommes du A Squadron qui servent en ce moment leur pays en Irak. J'aurais aimé être avec eux mais cela s'est avéré impossible. Revenez sains et saufs.''" William de nouveau, "''profitez tous de cette soirée, nous avons le grand plaisir de vous présenter, un groupe que notre mère adorait, Duran Duran...''"
Ce concert aura été dans son entier bâti pour une seule et unique personne, Diana. Le nom de la princesse de Galles, son charisme ont fédéré les plus grandes stars de la musique pop, soul, hip-hop, de la comédie musicale et les danseurs de l'English National Ballet autour du rêve des princes William et Harry. "''Nous voulions quelque chose qui reflèterait son esprit, sa joie de vivre, ce qu'elle incarnait''", répétait encore l'aîné des deux frères, lors de la répétition générale du samedi 30 juin, alors qu'il arpentait le stade aux 90 000 places, impressionnant avec sa forme de coccinelle géante.

Sécurité et trac

Et maintenant, ça y est ! Il est seize heures, ce dimanche 1er juillet ; Diana aurait eu quarante-six ans aujourd'hui ; les tribunes ont fini de se remplir en un flux régulier, ralenti par le surcroît de mesures de sécurité prises à la suite des deux attentats manqués de Londres et de Glasgow. Chaque spectateur fouillé au corps, aucun véhicule privé ne peut approcher, l'espace aérien autour du stade est interdit de survol, plus de cinq cents officiers de police sont sur place, sans parler des centaines d'hommes incognito parmi la foule. En temps normal, Wembley est déjà une cible emblématique, mais avec la présence d'un futur roi d'Angleterre, d'une bonne partie de la jeune génération Windsor et au cours d'un événement diffusé en direct dans plus de cent quarante pays, l'impact d'une attaque terroriste serait phénoménal. Scotland Yard n'a aucun droit à l'erreur.

Publicité
Si William et Harry sont sur le qui vive, c'est pour une tout autre raison. Ils ont tant fait pour que ce concert soit une réussite. "''Si ça ne marche pas, ce sera terrible, ''avoue Harry''. Nous nous sentons angoissés, mais j'espère que tout le monde va passer une merveilleuse soirée.''" "''La musique était si importante pour notre mère, comme une libération ''", se souvient William.
Publicité
Publicité