Il y a huit ans, jour pour jour, Abdallah II accédait au trône de Jordanie. Le roi repense sûrement avec émotion à ce coup de tonnerre qui bouleversa sa vie de prince et celle de sa jeune femme. Sans doute lui revient aussi en mémoire, avec une sérénité mêlée d'un brin de nostalgie, cet autre coup de foudre, encore plus ancien mais tout aussi déterminant pour son destin, survenu lors d'une soirée donnée par son frère cadet, Faycal, et la princesse Alia. Celui que l'on auréole d'une réputation de don Juan ne va pas être long à y remarquer la silhouette longiligne d'une jeune femme brune. Fille d'un pédiatre palestinien, elle travaille dans une banque d'Amman dans laquelle elle a rencontré le frère du roi. Abdallah tombe immédiatement amoureux de Rania, alors âgée de 22 ans.

Leur mariage, célébré le 10 juin 1993 à Amman, est un jour de liesse pour la Jordanie. Premières années insouciantes et tranquilles, ponctuées par la naissance de leurs deux premiers enfants, le prince Hussein, en 1994, et la princesse Iman, en 1996. Quand survient le coup de théâtre de leur vie, au début de l'année 1999. Mourant, le roi Hussein décide de léguer la couronne à son fils aîné plutôt qu'à son frère Hassan, prince héritier depuis plus de 20 ans. La jeune femme, devenue en l'espace de quelques jours la plus jeune reine du monde, évoquera souvent ces premières semaines où la vie du jeune couple a basculé : "Tout d'un coup, nous nous sommes retrouvés sous les projecteurs et le moindre de nos mouvements est étudié. Notre vie quotidienne est devenue beaucoup plus formelle."

Le chemin parcouru

Aujourd'hui, Abdallah mesure le chemin parcouru, et surtout la chance que le destin lui a donné de le faire aux côtés de la femme qu'il aime. La famille royale s'est agrandie : en 2000 et en 2005, sont nés Salma et Hachem. Les rumeurs de séparation, voire de répudiation, qui ont rôdé autour de la famille royale en novembre dernier, ne parviennent pas à troubler le bonheur des souverains, et surtout le sérieux avec lequel l'un comme l'autre envisagent leur mission royale. Au lieu des les éloigner, le règne a forgé chez Abdallah et Rania une alliance solide.

Quand elle évoque son mari, la reine se fait lyrique pour évoquer "un compagnon de route, de rêves et de travail, un véritable humaniste". Depuis 8 ans, elle a tenu et réussi à l'épauler dans sa tâche de souverain. Abdallah peut être fier d'elle : alliant professionnalisme et charisme, Rania a conquis le cœur des Jordaniens, mais aussi du monde entier où les journalistes se disputent ses interviews lors des déplacements officiels du couple.

Publicité
Fascinés par cette souveraine orientale aussi rayonnante qu'une princesse des 1001 nuits et aussi élégante qu'une star de cinéma, aussi à l'aise avec un diadème de diamants qu'en jean et chemisier décontractés.
Publicité