"J'en ai plein le dos"
Le principe de la médecine traditionnelle chinoise n'est pas de traiter la maladie mais, à l'inverse de nos pratiques, de prévenir, de favoriser le maintien de la santé. Pour cela, le médecin chinois harmonise les flux d'énergie dans le corps, le long des "méridiens". Quand l'énergie coule librement, le corps est en bonne santé.

L'existence de cette force est universellement connue. Ch'i, ki, chi ou Qi, et même... comme dans Taï Ch'i chuan, Reiki ou Aikido, Qi gong... Ch'i pour les Chinois, Qi (ou Ki) pour les Japonais. Quel que soit son nom, ce souffle, exprimé par le son Ch'i, est celui de l'énergie vitale. Cette énergie circule dans le corps de tous les êtres vivants, en suivant les méridiens d'acupuncture, identifiés depuis cinq mille ans par la médecine chinoise.

En Inde, l'énergie vitale est connue sous le nom de "prana". Et même en Occident, le concept existe également sous le nom d'orgone, appellation donnée par W. Reich, psychanalyste allemand encore trop peu connu du début du XXe siècle.

Les techniques et médecines traditionnelles ont pour but de favoriser le libre flux de cette énergie. Car, dès qu'il y a blocage ou, au contraire, une fuite de cette énergie, le corps se trouve fragilisé à l'endroit de cette perturbation et la maladie apparaît... Il s'avère encore que ce sont souvent nos émotions ou notre état mental qui provoquent ces perturbations. "J'en ai plein le dos" se traduit par un mal de dos ; "J'ai la gorge serrée" se manifestera par une angine ou un mal de gorge ; "Je ne peux pas le digérer" risque de provoquer des problèmes d'estomac, de digestion... Nos sentiments - ou ressentiments, perturbent aussi le cours de l'énergie.

Voilà pourquoi un "nettoyage" régulier de notre courant énergétique est utile, pour renforcer notre énergie qui parfois diminue, pour accompagner des traitements lourds ou à l'occasion de convalescences...

Recharger les batteries "J'ai d'abord découvert le Shiatsu en tant que patiente", raconte Anne Cossé, praticienne d'acupression. "Plus que convaincue des bienfaits, j'ai décidé de me former à cette technique. J'ai suivi une formation aux Etats-Unis et obtenu un diplôme reconnu. J'ai ensuite fait une spécialisation sous l'égide de la Fédération française de Shiatsu traditionnel. J'aime cette méthode car elle est complète. Par le toucher, je peux atteindre toutes les sphères de l'individu, qu'elles soient physiques, mentales ou émotionnelles. Mon travail consiste, en quelque sorte, à recharger les batteries. Ma récompense, c'est lorsque qu'une personne, qui m'a fait confiance, commence à se prendre réellement en main. Je ne fais pas de miracle, mais voir quelqu'un trouver la force de changer de régime alimentaire, par exemple, c'est formidable !"

Concrètement, une séance de Shiatsu se déroule de la façon suivante. Le patient s'allonge sur un futon posé à même le sol, sans se déshabiller. Le praticien commence par évaluer l'intensité de l'énergie et le niveau d'équilibre du Yin et du Yang, les deux forces de la vie dans la tradition chinoise, en auscultant des points particuliers du corps le long des douze méridiens. Il tentera ensuite au travers de quelques questions, d'évaluer l'état physique et mental du patient et son environnement.

Recharger les batteries

"Souvent, il suffit que je touche un certain point pour que la personne que je traite se mette à parler de l'organe ou du symbole correspondant à ce point !", explique Anne Cossé. "Parfois, c'est moi qui ressent quelque chose en passant sur un endroit. Je confirme alors en posant une question."

Publicité

Les causes du problème peuvent être parfois tout à fait exogènes... Un conflit, par exemple. Et une fois que celles-ci sont déterminées, il s'agit de rétablir l'ordre et l'harmonie. Anne pose sa main sur l'organe en souffrance et la vie reprend : "Comme l'eau dans les tuyaux, lorsqu'on la remet après une période de coupure !"

Publicité
Anne quitte son patient en lui expliquant comment se soigner seul entre les séances, en "travaillant" ce méridien précis. Le mieux-être s'installe au fil des séances. "Parce qu'il faut du temps pour qu'une personne s'ouvre", précise Anne.

Le site de l'acupression