CVs décousus ou parcours en dentelle, chômage de longue durée... Reprendre le chemin de l'entreprise dans ces conditions est loin d'être une mince affaire, même si la volonté et les qualifications sont là. Mais des solutions existent pour accompagner les demandeurs d'emploi dans leur réinsertion professionnelle. Parmi les dernier nés du Ministère, il y a justement le "contrat d'accompagnement dans l'emploi" (CAE), mis en place dans le cadre du Plan de cohésion social initié par Jean-Louis Borloo.

Frédéric a une carrière en pointillés, principalement dans les secteurs du cinéma et du graphisme. Il a retrouvé un emploi à la fin de l'été après, un contrat salvateur après dix-huit mois sans-emploi pendant lesquels il s'est senti "toucher le fond". Il a été embauché dans une association pour assurer le secrétariat général, soit gérer le quotidien, mettre à jour le site Internet, tenir la boutique en quelque sorte. Il a signé un premier contrat de durée déterminée de six mois pour un salaire mensuel équivalent au Smic et 35 heures de travail hebdomadaires. Tout cela a pu être réalisé dans le cadre d'un contrat d'accompagnement à l'emploi...

Muriel Dubois-Vizioz, du service presse et communication du Ministère de l'Emploi, de la Cohésion sociale et du Logement explique : "Ce contrat fait partie intégrante du dispositif destiné à accompagner les personnes en difficultés pour retourner sur le marché de l'emploi. Ce contrat est exclusivement réservé aux demandeurs d'emploi longue durée et au secteur non marchand -associatif, établissements publics."

'Plus' d'infos !
. Le Portail de la cohésion sociale
. Le CAE sur ServicePublic.fr
. Le site de Pôle Emploi
. . Le site du Ministère du travail

Les avantages pour les employeurs ? Ils sont multiples. D'abord, "une importante exonération de charges - la totalité des taxes sur les salaires, mais également les taxes d'apprentissages jusqu'à la participation au titre de l'effort de construction. Ces exonérations peuvent représenter jusqu'à 95 % du taux horaire brut du salaire minimum. Celui-ci est versé par avance à l'employeur par la Cnaséa." Dernier détail, c'est le Préfet de région, arbitre du budget alloué par le Gouvernement, qui fixe le montant de l'aide de l'Etat. Celle-ci sera donc établie région par région, en fonction de la situation du bassin économique et de la situation personnelle du chercheur d'emploi.

Des avantages pour l'employeur

Publicité
Mais l'essentiel de l'histoire est dans le terme "accompagnement". Et pour une fois, il ne s'agit pas d'un artifice marketing. "Tout a commencé à l'Anpe, raconte Frédéric, j'y passais régulièrement pour consulter les annonces. C'est ma conseillère qui, au vu de ma situation, m'a proposé de suivre une assistance personnalisée. Elle m'a expliqué que cet accompagnement était spécifiquement dédié aux personnes en grandes difficultés morales et financières. Moi, en l'occurrence ! J'ai eu droit à tout un staff : une assistante sociale, une psychologue et une conseillère à l'emploi. Concrètement, l'Anpe paye un organisme qui prend en main le chômeur. Pour Frédéric ce sera le Centre d'action sociale protestant de Paris 12ème.Il a donc enchaîné les consultations : "J'ai vu les trois, mais surtout la conseillère à l'emploi. Ensemble, on a conçu un nouveau CV. En fait, c'était le premier de ma vie. Elle m'a appris à l'orienter suivant mes recherches." La stratégie a été payante.

'Plus' d'infos ! . Le Portail de la cohésion sociale . Le CAE sur ServicePublic.fr . Le site de Pôle Emploi. . Le site du Ministère du travail

Publicité
Publicité