Le cancer n'est toujours pas vaincu
''"Dans 20 ans nous aurons vaincu le cancer"'' affirmait le président Nixon à l'occasion du lancement de son Plan cancer en 1971. Objectif de 50 % la mortalité par cancer. En 2003, le Président Chirac lançait lui aussi un ambitieux plan cancer sur 5 ans, 70 mesures, 1,6 milliard d'euros, avec pour objectif une réduction de la mortalité de 25 %.
La guerre au cancer est donc déclarée, mobilise tous les acteurs de la société et passionne le public. D'où les succès sans précédent des livres de Geneviève Barbier, médecin, (1) "La société cancérigène" et de "Guérir du cancer ou s'en protéger" (2) de Dominique Belpomme, président de l'Association française pour la recherche thérapeutique anticancéreuse (ARTAC), ou encore du tout récent "Anticancer" de David Servan-Schreiber (3), médecin, psychiatre et rescapé du cancer...

Les uns dénoncent notre style de vie, les autres les pesticides qui nous envahissent, l'Artac a notamment lancé l'Appel de Paris le 7 mai 2004 destiné à ''"marquer le début d'une nouvelle ère où les citoyens, unis dans une synergie vitale, passent enfin à l'action, guidés par des scientifiques humanistes."'', d'autres encore une "maladie de la civilisation" et les intérêts économiques qui se repaissent de ce fléau de l'humanité.

Se gaver de framboises
Bref, nous voilà donc condamnés à manger au moins 5 fruits ou légumes chaque jour, à ne consommer "que" des produits bio, à rincer 4 fois notre salade avec du vinaigre de vin, à se patcher le corps entier et/ou à mâchouiller de la nicotine pour arrêter de fumer, à déménager à la campagne, à ne plus manger de faux sucre, à abandonner les rouges à lèvres bourrés de parabènes, à jeter téléphone portable et micro ondes à la poubelle, à se faire faire une ablation préventive des glandes mammaires si par malheur on a des antécédents de cancer du sein dans sa famille, bien entendu à se gaver de framboises et de thé vert, et à enrager de voir Papino, 85 printemps, continuer de fumer comme un pompier dans dommages...

13 % de baisse de mortalité seulement En septembre dernier, l'Académie des sciences a publié son rapport sur "Les causes du cancer en France". Résultat : la mortalité par cancer a diminué d'environ 13 % entre 1968 et 2002. Un chiffre fort éloigné des ambitions proclamées... Un échec ?''"Cela signifie qu'à ce rythme, il faudrait encore patienter des centaines d'années pour réellement infléchir cette mortalité"'', commente Laurent Schwartz, cancérologue et auteur d'un ouvrage tout juste paru : "Le principe de vie. Le cancer peut-être guéri." (4).Et de constater que nous en sommes à une impasse...

Sortir de l'impasse, c'est possible

Laurent Schwartz est un peu au monde du cancer ce qu'était John Keating du Cercle des poètes disparus. Il nous invite à "monter sur la table" pour revoir notre copie sur le cancer : ''"Deux grandes approches s'inscrivent aujourd'hui dans la lutte contre le cancer, d'une part, celle de l'Académie des sciences, passablement conservatrice et d'autre part, celle du monde alternatif, avec de idées plus ou moins bonnes. Et quoi qu'il en soit, des résultats peu probants."''

Publicité

"Il faut tout repenser !" Laurent Schwartz propose donc un retour aux fondamentaux. Le premier concerne le cancer en lui-même : "Il s'agit d'une forme d'altération de la vie qui en tant que tel possède sa propre logique et qui est potentiellement décryptable, comme le fut en son temps le bacille de Koch...". Le second concerne la recherche en elle-même : ''"au stade où on en est, soit on continue comme ça et on aura peut-être une chance de trouver la solution, ou on convient qu'il est fondamental de revenir sur ce que l'on sait, de trier le bon grain de l'ivraie !"'' Le jour, Laurent Schwartz, tient la main de ses malades en phase terminale du crabe à l'hôpital de La Pitié Salpêtrière.Le reste du temps, il développe sa recherche et anime des groupes de réflexion composés de mathématiciens, d'ingénieurs et autres statisticiens, mobilisant des dizaines de chercheurs, en Europe et ailleurs, dans une réflexion en réseau...

Plus d'infos ! (4) Le Principe de vie. Le cancer peut être guéri, par Laurent Schwartz, 17, 90 euros Editions La Martinière (3) Anticancer, par David servan-Schreiber, 21 eurosEditions Robert Laffont (2) La Société cancérigène : Lutte-t-on vraiment contre le cancer ? par Geneviève Barbier, 14, 25 eurosEditions La Martinière, sur Amazon (1) Guérir du cancer ou s'en protéger, par Dominique Belpomme, 20, 90 eurosEditions Fayard, sur Amazon

Publicité
Octobre rose sur le site de l'Institut national du cancerEssentielles, site de soutien aux femmes atteintes de cancerFemmes avant tout, pour mieux vivre sa féminité dans la maladiePlume de femmes, le Blog-note des femmes touchées par le cancerEtincelles, le site de l'association"J'ai un cancer et après ?", une opération du Ministère de la santéFemmesPlus vs le cancer : tous les articles !
Publicité