Tiens, v'là le 8 mars ! Oui, mais, ici, chez nous, en France, ce n'est pas un 8 mars comme les autres. C'est en effet la première fois que notre République a une chance (?) d'être gouvernée par une femme. Eh ouiche, ça l'fait non ? Pour la première fois, la toute, toute première fois, les femmes s'en mêlent...

Certains sont contents, d'autres moins, certaines sont contentes, d'autres moins... Et alors ? La parité dans les institutions a été une vaste plaisanterie, comparable à l'obligation d'un 20 % de logements sociaux pour les municipalités ... "''Cette loi servira de paravent, de prétexte, de bonne conscience à un monde politique composé d'une écrasante majorité d'hommes. .../... C'est un écran de fumée''" s'est écrié Muguette Dini, sénatrice UDF du Rhône qui s'est pourtant battue pour faire avancer la cause de la parité hommes femmes en politique, dénonçant ainsi "''une loi à minima''".

Le nombre de femmes représentées dans les parlements du monde entier, toutes chambres confondues, s'élève à 16, 9 %. Bon d'accord, 17 %. Certains crient victoire sur une progression de 6 points en 10 ans... Quoi qu'il en soit, cela fait 7 436 femmes sur 43 882 parlementaires.
Et le nombre de femmes dirigeantes sur 231 pays et territoires, est de 11 (d'Angela Merkel en Allemagne à Gloria Arroya aux Philippines). Rapporté à quelques 3 milliards de femmes, cela fait rêver.

Femme ou féministe ?

Et pendant ce temps là, la France s'empoigne pour savoir, à coup de ricanements et autres coups bas, si Ségolène est plus femme que féministe ou le contraire... "''Femme, oui. Féminine, assurément. Et féministe ?''" interrogeait Libération dans un article du 6 décembre 2006. Et les femmes ne sont pas en reste... Michèle Saban, vice-présidente du conseil régional d'ôle-de-France, reproche à la présidente de Poitou-Charentes de prôner le concept "travail, famille, maison" et de ne pas porter le combat féministe. Laurence Rossignol, chargée des droits des femmes au Parti socialiste estime que Ségolène "''se positionne davantage sur un plan féminin que féministe''" mais conclue néanmoins que "''l'image du féminisme a changé, l'image des femmes aussi.''"

Fadela Amara, présidente de "Ni putes ni soumises", la voit comme "une femme libre et rebelle" et Le Figaro (17 novembre 2006) résume sobrement la candidate : "''Féministe et traditionnelle, mère de famille et ambitieuse, Ségolène Royal n'est pas une femme linéaire.''"Yvette Roudy estime quand à elle, que Ségolène Royal est victime d'un acharnement auquel un homme aurait échappé et confie dans une interview à FemmesPlus que "''Ségolène Royal est féministe sans l'afficher. Et en plus, elle a du charme, elle est féminine.''" Bref, les femmes s'emmêlent !

Publicité
Publicité
Et si nous ne retenions en conclusion que cette petite phrase lâchée par Isabelle Alonso dans un article des Chiennes de garde en mars 2001 "''Tant qu'une seule femme sur la planète subira les effets du sexisme, la lutte des femmes sera légitime, et le féminisme nécessaire.''""Mot de la fin. En attendant la suite....

Lire l'interview d'Yvette RoudyLa journée de la femme ? Parlez en sur les forums !