Le Prix de Flore 2011 a été remis mercredi 9 novembre au tout jeune Marien Defalvard, révélation de la rentrée littéraire avec son premier livre Du Temps qu'on existait (Grasset). Il succède à l'écrivain marocain Abdellah Taïa, lauréat 2010 pour Le Jour du roi (Seuil).

Le jeune homme de seulement 19 ans était en étroite compétition avec Jérôme Leroy et son livre Le Bloc (Gallimard Noir). C'est finalement à 8 voix contre 3 que le jury, présidé par Frédéric Beigbeder, l'a élu.

Publicité

Né en 1992 à Paris, c'est à l'âge de 16 ans, l'année de son bac, que Marien Defalvard débute la rédaction de son livre. A la sortie Du temps qu'on existait, certains crient au génie face à une performance d'écriture et à un livre baroque digne d'une grande maturité.

Publicité
Après le Goncourt remis à Alexis Jenni pour son premier roman, L'Art de la Guerre (Gallimard), Marien Defalvard est la deuxième révélation de la rentrée à être récompensée par un prix littéraire. Pari tenu pour le Prix de Flore, créé en 1994 par Frédéric Beigbeder et dont le but premier est de "récompenser un jeune auteur au talent jugé prometteur". C'est au célèbre Café de Flore que le jeune prodige a reçu un chèque de 6150 euros et un verre de Pouilly-fumé gravé à son nom.