D'abord des fausses règles...
Révolutionnaire, la nouvelle pilule qui nous libère de l'éternel retour du cycle féminin ? En fait, quand on interroge les experts, on s'aperçoit qu'elle ne fait que reprendre une idée aussi vieille que la pilule elle-même. Il suffit de prendre n'importe quelle pilule en continu pour voir ses règles disparaître. Son inventeur Gregory Pincus déjà l'avait envisagé il y a 60 ans. Mais à l'époque, l'idée avait été jugée trop audacieuse et les femmes pas prêtes à avaler cette "pilule"-là. D'où la fameuse semaine d'arrêt entre deux plaquettes, avec l'apparition de règles - artificielles certes - mais règles quand même !

Symbole de nature et de fertilité
Depuis l'âge des cavernes, nous sommes en effet bien conditionnées : les règles, c'est le signe inéluctable de la féminité, de la fertilité, de la nature. Avoir ses premières règles pour une jeune fille, c'est devenir enfin une femme. Et dans la tête de chacune d'entre nous trotte inconsciemment cette idée : ''"Tant qu'elles coulent tous les mois, c'est que je ne suis pas enceinte, et que je peux l'être. Donc tout va bien"''.

Indisposées ou impures
Mais sans, ça pourrait être pas mal non plus, non ? C'est bien là toute l'ambiguïté de ces "jours là". Après tout, ils nous "indisposent", nous donnent des maux de ventre, des maux de tête, nous fatiguent. Et pour celles qui souffrent du fameux syndrome prémenstruel, c'est même quelques jours avant que tout se détraque ! Sans parler du véritable tabou que font peser certaines religions sur nos saignements intimes, prétexte pour considérer la femme comme impure ces jours-là.

Hop, plus de règles !

Et si on les zappait ? D'où l'idée qui a fait son chemin ces dernières années, de les zapper tout simplement. ''"Cette évolution des mentalités est le fruit de deux événements majeurs : l'apparition du stérilet Miréna qui amoindrit considérablement les règles jusqu'à les faire complètement disparaître. Et le développement des contraceptions progestatives pures, comme l'implant ou la pilule Cerazette, qui ont le même effet"'', note le Dr Christian Jamin, gynécologue.Peu à peu, l'idée selon laquelle les règles ne servent pas à grand-chose - et même à rien quand on est sous contraception - a fait son chemin.Mais attention, ne pas avoir de règles hors de toute prise de contraception est en revanche signe d'un problème.

Publicité
Publicité
Mode d'emploi pour les zapper On l'a compris : enchaîner deux plaquettes de pilule les fait automatiquement sauter. "''Avant, ça se faisait sous le manteau, maintenant la pratique est officialisée, puisqu'elle est mentionnée dans le Vidal"'', commente le gynécologue. Côté anneau contraceptif, il suffit là aussi d'en insérer deux à la suite, sans semaine d'arrêt. Mais avec un bémol : au-delà de trois plaquettes ou anneaux successifs sans arrêt, on risque de voir apparaître des "spoting" (saignements imprévus et anormaux). Alors, avoir ses règles 4 à 6 fois par an au lieu de 12 fois, OK. Pour les supprimer sur une plus longue durée, mieux vaut avoir recours au stérilet Miréna ou à l'implant. Bon, qu'est-ce que l'on pourrait zapper encore ?