Publicité

Les chenilles :

Les différents types de chenilles

Peu aimées des jardiniers, les chenilles font généralement des ravages dans les cultures. Herbivore vorace, la chenille n’a d’autre but dans la vie que se nourrir. Les légumes sur lesquels ont été pondus les œufs sont donc des mets de choix.Avec son corps en accordéon, souvent recouvert de poils, la chenille est plus ou moins grosse, et peut être plus ou moins pathogène pour l’homme. C’est le cas de la chenille processionnaire, très urticante, que l’on trouve généralement en nid dans les pins. Elle se déplace en colonie et ses poils, volatils, sont responsables d’allergies plus ou moins sérieuses.On trouve aussi les chenilles noctuelles, de couleur grise ou verte, le plus souvent repérables sur les choux. Les chenilles blanches s’attaquent de préférence aux pieds des laitues, des fraisiers ou encore des pivoines. Celle que l’on appelle la teigne du poireau est une minuscule chenille que l’on trouve généralement à l’intérieur du poireau. Mais il existe de nombreuses espèces de chenilles qui, toutes, ont une cible de prédilection (tomates, pommes, poires, salades…).

Les chenilles :

Comment s’en débarrasser ?

Publicité

Si vous privilégiez les méthodes naturelles, plus respectueuses des cultures, vous pouvez vaporiser un mélange à base de bacillus thuringiensis, une bactérie qui se révèle mortelle pour les chenilles. Vous pouvez aussi mélanger de la pyréthrine (extraite du chrysanthème).Contre les chenilles processionnaires, vous pouvez poser des bandes de glue sur le tronc de vos arbres afin de les piéger.

Les chenilles :

Peut-on prévenir leur apparition ?

Certains animaux trouvant refuge dans votre jardin sont des prédateurs naturels et peuvent se révéler d’excellents chasseurs de chenilles. C’est le cas des oiseaux bien sûr, mais aussi des hérissons, des couleuvres, des rongeurs… On les appelle alors des auxiliaires de culture. C’est pourquoi il est important de favoriser la biodiversité dans son jardin, et de leur fournir abris et cachettes afin qu’ils puissent remplir leur rôle. Certaines plantes sont également des répulsifs naturels et tiennent éloignés les indésirables. C’est le cas du genêt. En disposer quelques branches parmi vos cultures devrait vous prémunir contre une invasion de chenilles.

Toutes les fiches jardin

Publié par Stéphanie Thibault le Vendredi 24 Juin 2011 : 12h44