Si la grande majorité des femmes choisit de porter le soutien-gorge pour des raisons pratiques et/ou esthétiques, d'autres font le choix d'arrêter de mettre ce qu'elles estiment être un "carcan". Libérées des pressions extérieures et des armatures parfois désagréables, trois femmes nous expliquent leur choix. Et si vous aussi, vous vous laissiez tenter par le no bra ? 

©Istock

Témoignage de Jack Parker, auteure du blog Passion Menstrues 28 ans :

FemmesPlus : quel a été le déclencheur dans votre envie d'arrêter de porter un soutien-gorge ? 

Je n’arrivais pas à trouver des soutien-gorges confortables et j’en avais assez de devoir tous les essayer parce qu’une taille n’est pas exactement la même d’un fabricant à l’autre. Ils étaient toujours soit trop petits, soit trop grands, et je me sentais compressée... Le meilleur moment de ma journée était celui où je pouvais enfin retirer cet engin de torture et le jeter à travers la pièce. Comme j’ai une petite poitrine, j’ai pu constater que cela ne faisait pas une énorme différence d’en porter un ou non, et j’ai donc abandonné le sacro-saint soutien-gorge du jour au lendemain. Depuis, j’ai trouvé quelques options confortables que je porte quand j’ai un décolleté ou un t-shirt léger ou échancré, mais 90% du temps je laisse mes seins respirer.

Quels sont les avantages et les inconvénients de ce choix ?

Les avantages c’est d’abord que je fais des économies, parce que les soutien-gorges, ça coûte cher, et surtout je me sens mille fois plus à l’aise, moins compressée, plus libre en somme. En revanche, je ne peux pas descendre des escaliers en courant, et si je dois me découvrir dans la journée, il faut que je prenne en compte le fait que j’ai les seins à l’air et que je puisse avoir une option confortable et pudique si besoin. Et puis quand je vais chez le médecin, j’oublie toujours de mettre un soutien-gorge pour me faire ausculter et ça peut devenir un poil gênant...

Ressentez-vous une pression sociale sur le port du soutien-gorge ? 

Publicité
Personnellement non, mais c’est sûrement dû à ma petite poitrine - c’est limite normal pour les femmes aux petits seins de ne pas en porter et on répète souvent aux autres qu’il ne faut pas qu’elles fassent comme nous parce que pour nous c’est « mignon » et « androgyne » mais pour elles c’est « vulgaire » (ce qui est une immense bêtise, soit dit en passant). Aussi, je n’ai jamais eu l’impression de faire quoi que ce soit de révolutionnaire en boudant ma lingerie, même s’il y a encore des réactions qui me prouvent que ce n’est pas totalement habituel pour une femme de se libérer d’un objet que beaucoup jugent encore absolument indispensable (parce que sinon on a les seins qui tombent, c’est bien connu).
Publicité
Publicité