La chronobiologie, ou l'étude de la structure temporelle des organismes caractérisée par les rythmes biologiques, est une discipline à part entière dont les applications se développent dans différents domaines. Les moments particuliers dŽune prise médicamenteuse pour optimiser son action et /ou limiter les effets secondaires (chronopharmacologie), lŽimportance des phénomènes rythmiques au niveau physiologique pouvant entraîner des variations de performance (sport ou sommeil), la connaissance des rythmes biologiques des espèces animales et végétales ; de leurs capacités de synchronisation en fonction des caractéristiques des milieux, (définition de la société francophone de chronobiologie).

De là le principe de s'alimenter en fonction de notre rythme biologique, pour une meilleure hygiène, une meilleure forme, une meilleure santé voire, une perte de poids... Il ne s'agit pas à proprement dit d'un régime, mais d'une intelligence de la nutrition dont découle une manière de vivre différente en accord avec les biorythmes.

Le principe de la chrono diététique est simple et se décompose selon deux principes. D'abord bouger aux heures où la cellule est déstockera de façon optimale. On va donc éviter de bouger quand les taux d'insuline sanguins sont élevés, soit après un repas. Non content d'être pénible, l'exercice entravera le processus de digestion, et sera peu rentable.

Il faut au contraire choisir les heures où les substances qui favorisent le déstockage sont au top. Ainsi, le pic du cortisol, hormone réveille matin qui stimule l'activité, se situe entre 7 et 8 heures. C'est également l'heure où l'adrénaline et la noradrénaline, "hormones du stress", sont augmentées. C'est donc le matin avant le petit déjeuner que l'exercice sera le plus profitable. Ou encore en fin de matinée avant le déjeuner, ou encore le soir vers 18 -19 h, avant un dîner léger.

Ensuite, composer ses menus en tenant compte des horaires de la cellule, de la valeur nutritionnelle des aliments et de leur "stockabilité".

Ainsi, le matin, la cellule a besoin d'énergie et est disposée à déstocker plus facilement, le soir, en revanche, elle se met en mode économie. On peut donc adapter ses menus en respectant cette horloge :

- gras le matin, le repas essentiel de la journée : lipides, protéines et sucres lents, (fromage, œufs, charcuterie, pain complet, céréales). On déjeune donc dès le réveil ou juste après une séance de sport, et non 1 ou 2 heures après, avec un menu hautement nutritif.

- lourd le midi pour recharger les batteries : protéines animales et végétales, sucres lents et fibres. Le déjeuner se prend 4 à 5 h après le petit déjeuner, soit quand l'appétit sera revenu, et pas avant.

- plaisir sucré coupe-faim au goûter : glucides énergétiques et gras végétaux. Le goûter se prend au minimum 5 h après le déjeuner. Attention à ne jamais l'oublier.

- Légèreté et repos le soir : protéines légères, légumes et salades. Le dîner est pris au minimum 1h 30 après le goûter et doit être le plus léger possible pour ne pas surcharger inutilement l'organisme et risquer de gêner la qualité du sommeil réparateur

En savoir plus

Le site de la Société francophone de la chronobiologie

Des pages instructives sur la chronobiologie

Lire la fiche minceur 24+

Publicité
Publié par Rédaction le Mardi 07 Août 2007 : 00h00