Azzedine Alaïa, le plus discret des couturiers et l'un des plus respectés, sort de son silence et dégomme Karl Lagerfeld qu'il apprécie peu.

'Je n'aime ni sa mode ni son esprit ni son attitude', déclare celui qui vient de refuser de succéder à John Galliano à la direction artistique de Dior. 'C'est trop caricatural. Karl Lagerfeld n'a jamais touché une paire de ciseaux de sa vie. Cela ne veut pas dire qu'il n'est pas génial, il fait partie d'un autre système. Il a des capacités. Un jour, il fait de la photographie, le lendemain il réalise des pubs pour Coca Cola. Je préfèrerais mourir plutôt que de voir mon visage dans une pub pour une voiture!'.

Et Alaïa de poursuivre: 'Nous ne faisons pas le même métier. Il ne rend pas service aux jeunes stylistes qui pourraient penser que la mode fonctionne ainsi. Ils tomberont avant même d'avoir atteint l'âge de la retraite'.

Publicité
Publicité
Cette intervention rare, étonnante et courageuse de la part de celui qui voue sa vie au travail et se tient loin des medias est à l'origine extraite d'une interview publiée le 25 mai dernier sur virginiemag.com, un site américain haut de gamme dédié à la mode. Dans cet entretien, Alaïa écornait également la très redoutée Anna Wintour, rédactrice en chef du Vogue américain dont le film 'Le diable s'habille en Prada' a déjà fait un portrait peu flatteur. 'Quand je vois comment elle s'habille, affirme Alaïa, je ne peux pas croire une seconde qu'elle a du goût!(...) Elle ne s'occupe pas de photo mais fait des relations publiques et du business(...) Qui se souviendra d'elle? Les rédactrices en chef passent, seul Vogue demeure'.

Une manière très élégante de nous faire comprendre qu'Anna peut elle aussi aller se rhabiller. Mais après tout, tailler des costards, n'est-ce pas le métier des gens de la mode?

© Flickr / Mila88

Publicité