Des coupes fluides et un peu folles, des contrastes graphiques, des pois, des jeux de couleurs parfois psychédéliques, voici venu le temps d'une mode peu ordinaire. Une mode extraordinaire, une mode d'art...
Et l'œuvre de l'atelier "Impasse de la défense", la griffe de Karim Bonnet. Bien entendu, il ne s'agit pas d'un atelier de couture classique.

Des tissus imprimés, modernes, tout droit sortis d'une peinture abstraite, se marient étrangement avec les grandes tables en bois d'une vielle bâtisse en fond de cour. Le lieu est plus bohème que bourgeois. Des pots de peintures sont entreposés par dizaine, des rouleaux de tissus plus colorés les uns que les autres et des portes manteaux lourds de nouveaux modèles envahissent l'espace.
Les "petites mains", Mélanie et Maëna, s'attèlent à la tâche. Mais point d'aiguilles pour elles, elles ont chacune un pinceau en main et travaillent aux motifs du prochain défilé prévu dans deux semaines.
C'est bientôt le jour J et pourtant l'atmosphère est détendue, il fait beau, les voisins qui passent donnent le bonjour : un vrai petit coin de paradis.

Electron libre

C'est un atelier d'artistes "touches à tout", un lieu de création et d'expérimentation en tout genre. Toutes les techniques d'art plastique sont exploitées sur les vêtements et accessoires "Impasse de la défense" : peinture, sérigraphie, photo, pochoir pour décliner une mode "picturale".

Une mode ultra expressive tant dans la coupe des modèles que dans le choix des imprimés. Ici, pas de production à la chaîne, pas de modèles en série, on travaille sur des petites quantités, de façon quasi artisanale et très personnalisée pour un résultat original, un brin rebelle.

Publicité
Pour Karim Bonnet, maître des lieux, il n'y a pas de règle absolue et arbitraire dans le processus de création d'une collection. Le motif peut être crée avant le modèle, ou bien conçu sur un modèle déjà existant. Les vêtements peuvent être aussi bien taillés dans un morceau de tissus de récup', que dans une pièce vintage chinée dans les friperies parisiennes.Quoi qu'il en soit, chaque vêtement naît d'une étroite collaboration entre artistes de tous bords.

Publicité