Il fallait bien que ça arrive. La semaine dernière, des ouvriers du textile manifestaient par centaines au Bangladesh pour réclamer une hausse de leurs salaires. Ils demandaient une augmentation de 80% du salaire minimum, afin de leur permettre d’atteindre le minimum légal. Si l'on s'en tient au pourcentage, leur demande semble astronomique, mais il s’agit en fait d’arriver à un salaire mensuel équivalent à 30 euros ! 

L’habillement représente aujourd’hui 80% des exportations du Bangladesh, rapporte LeFigaro.fr, le pays étant le quatrième fournisseur de la France. Or, aux revendications salariales s’ajoutent la hausse du prix du coton (les chiffres ont doublé en un an) due aux mauvaises récoltes, et celle du coût des transports, calculée sur le cours du pétrole.  

Publicité

La question est maintenant de savoir combien nous coûtera notre jean quand les industriels du textile auront recalculé leurs prix. D’après Fedustria, la fédération belge de l'industrie textile, du bois et de l'ameublement, citée par LeFigaro.fr, les étiquettes devraient accuser entre 5 et 10 euros de plus sur un produit d’une centaine d’euros.  

Publicité
Si les grandes enseignes hésitent encore à augmenter leurs prix alors que les ventes se portent tout juste mieux, les codes barres devraient s’alourdir dès le printemps 2011. Alors à vos porte-monnaie, car il ne fera pas bon changer de jean l’an prochain !

 

Publicité