Car les défilés ont une histoire... Autrefois, les défilés étaient sages comme de images... Et puis, un jour, le défilé est sorti de son carcan "scolaire" pour devenir une œuvre d'art à part entière. C'est Paco Rabanne qui, le premier, s'illustre dans cet exercice de style.
Nous sommes en février 1966, ses mannequins défilent pieds nus, vêtues de "robes importables". Elles auront pour consigne de ne pas sourire !
En 1988, Martin Margiela, demandera à ses mannequins de marcher sur un tissu blanc, les pieds imbibés de peinture rouge. C'est son premier défilé. Il utilisera ensuite le tissu taché pour confectionner les modèles de sa deuxième collection.
C'est parti pour les grands shows. Pour les dix ans de sa maison, en 1984, Thierry Mugler organise au Zénith de Paris le tout premier défilé public (et payant) de France. Une pratique courante au Japon. Plus récemment, on se souvient du happening d'Yves Saint Laurent au Stade de France, pour l'ouverture de la Coupe du Monde de foot !
Les Néerlandais Viktor et Rolf sont addicts des défilés performance, une finalité, avant même de se soucier de la commercialisation des vêtements...

Signée Bob Verhelst, la scénographie de l'exposition Showtime est originale et interactive. Les photos d'archive se mêlent aux vidéos et aux objets insolites. Comme les cartons d'invitations loufoques, un gant en latex rose pour Stéphane Plassier, une manche de chemise pour Yohji Yamamotto ou encore un fer à cheval pour Hermès.

La mode, c'est sensation !

La Haute couture est dans la troisième salle... Religieux. Une dizaine de modèles originaux sont rassemblés au milieu d'une mer de cintres jetés en vrac au sol. Il y a la robe aux "seins obus" que Jean Paul Gaultier créée en 1984 pour Madonna. Le sublime modèle Anubis de John Galliano (2004) : une robe en python bleu turquoise, un masque égyptien en guise de coiffe. Clin d'œil et sourire pour la collection "Tori"de Viktor et Rolf (Automne Hiver 2005-2006), où chaque modèle se compose d'un oreiller intégré !

Dernière salle. Emotion. C'est là que va vivre, l'espace d'un instant, le mannequin qui sommeille en nous. Hop, on essaye de déambuler sur le podium? Là-bas, tout au bout, une nuée de photographes nous attend. La mode, c'est sensation !

Publicité

PS :Plus le temps avance et plus les mannequins sont émaciés et androgynes... Elles n'étaient pas belles les filles des années 30, avec leurs seins charnus et leurs cuisses toniques ?

Clic pratique Showtime, jusqu'au 30 juillet au Musée Galliera, 10, avenue Pierre 1er de Serbie, Paris 16ème Renseignements : 01 56 52 86 00 Le site du Musée Galliera Attention, la visite sera no prospectus et no audio-guide. Moralité : il vaut mieux choisir préférence une visite guidée le dimanche à 14 h 30. Les conférencières sont passionnantes et passionnées. Ateliers pour les jeunes fans de mode et apprentis stylistes, de 5 à 16 ans. Renseignements et réservation : 01 56 52 86 20.

Publicité
Animation spéciale dans le cadre de la nuit des Musées, le 20 mai 2006 : Défilé des élèves du lycée Paul Poiret, de l'Esmod et des stagiaires du Greta des Arts Appliqués. L'expo en accès gratuit de 20 à 23 heures. Renseignements : 01 56 52 86 00
Publicité