"''J'ai un cancer du sein. Et après''". Ou une remarquable expo qui conjugue femme et cancer en photos au Ministère de la Santé en ce mois dédié à la lutte contre le cancer. Là, il s'agit du cancer du sein. Et de femmes qui ont accepté de livrer leurs corps sur 250 m2 de clichés. De leurs corps blessés, cicatrisés, atrophiés, déformés, reconstruits mais vivants. On y va !

40 000 ablations par an Tout est parti d'un livre, "''J'ai un cancer du sein. Et après''". Un très beau livre, pour lutter contre un vrai fléau, composé de photographies de femmes aux corps blessés, cicatrisés, atrophiés, déformés, reconstruits. Toutes ont eu ce fichu cancer, qui leur a au mieux enlevé quelques années, des seins, des cheveux... Un cancer du sein qui nous concerne toutes un peu, puisque une femme sur dix l'aura forcément un jour. Autre chiffre, 40 000 femmes subissent une ablation partielle ou totale du sein chaque année.

"Un cancer. Et après" Ces femmes, les voici aujourd'hui en format XXL sur 250 m2 au Ministère de la Santé. Leurs sourires sautent au nez. Comme Roselyne Bachelot, Madame la Ministre et instigatrice de l'expo, on se surprend à penser ''"Bigre, qu'elles ont l'air heureuses !" Nul part il n'est question de nier la maladie, la violence des traitements, le sentiment insupportable d'être attaqué dans sa chair, en son sein. Mais partout, il y a de la douceur, de la douceur, de la pudeur, et en même temps, la volonté farouche de montrer que la vie est possible après, qu'être belle est possible après, que l'amour est possible après.''" Bien dit Roselyne, Un cancer... "''Et après ?''"... Mais oui, c'est vrai...

"Oui, j'ai le cancer !"

Christine, Marie et Antonie aussi... Alors, on relativise. On se dit que cela touche vraiment tout le monde, la preuve.On ne détache plus les yeux de cette femme blonde, que l'on pourrait presque penser mannequin tellement elle est belle et sensuelle, ses mains posées sur sa poitrine malade... Elle, c'est Christine. Et puis, on voit "Antonie", cette femme un peu typée qui nous balance des bulles à la figure. Comme une enfant... Et l'on n'ignore pas, comme le rappelle encore Roselyne Bachelot, que "''pour en arriver à cette sérénité le travail a dû être long''".

L'après cancer et Florian Launette Il est ô combien important pour les femmes qui seront un jour confrontées à une ablation -totale ou partielle- du sein, de voir et comprendre qu'il est possible de réparer, et comment. C'est cela qui a motivé Florian Launette qui a photographié des femmes-là.Photographe d'actu, Florian Launette pratique le reportage photographique, sur fond de guerre, mais aussi sur fond social. Il avait ainsi réalisé un reportage remarqué, en 1992, sur la drogue chez les sans abris aux Etats-Unis (sur fond de campagne présidentielle !) et plus récemment, sur les urgences d'un hôpital de Marseille.

Publicité

Au Ministère, l'expo dure tout le mois d'octobre, ce mois rose. On y va !

Plus d'infos ! "J'ai un cancer du sein. Et après", de Florian Launette et du Pr Pascal Bonnier

Le site de Florian Launette

Exposition, du 2 au 31 octobre Sur la façade et dans le hall du Ministère de la Santé, de la Jeunesse et des SportsOuverture au public, de 9h à 18h

Publicité
Le site du Ministère de la Santé, de la jeunesse et des SportsOctobre rose sur le site de l'Institut national du cancerEssentielles, site de soutien aux femmes atteintes de cancerFemmes avant tout, pour mieux vivre sa féminité dans la maladiePlume de femmes, le Blog-note des femmes touchées par le cancerEtincelles, le site de l'associationFemmesPlus vs le cancer : tous les articles !
Publicité