Dans "La fabuleuse histoire du clitoris" (éd. H&O Au féminin), Jean-Claude Piquard, sexologue clinicien, lève les tabous qui continuent d'entourer cet organe dédié au plaisir féminin. Saviez-vous par exemple que celui-ci peut mesurer jusqu'à 11 centimètres de long au repos ? Découvrez 5 infos totalement surprenantes sur cet organe éminement politique !

FemmesPlus : pourquoi le clitoris est-il le grand oublié des études médicales ?Jean-Claude Piquard : Le clitoris a toujours été connu et reconnu comme l'organe du plaisir sauf au 20ème siècle. Auparavant, on pensait qu'il jouait un rôle dans la reproduction, que l'orgasme clitoridien améliorait la fertilité. Cette idée a perduré jusqu'à la fin du 19ème siècle... Seulement, en 1880, le corps médical, emmené par ceux que l'on nommait "ovaristes" a mis fin à cette idée et le clitoris est devenu un ennemi de la reproduction. Ce sont les protestants qui ont été les premiers à monter au créneau contre la stimulation clitoridienne car elle représentait un moyen contraceptif et cela était en totale contradiction avec la politique nataliste. C'est ce mouvement qui a "tué" le clitoris au 20ème siècle. Aujourd'hui, beaucoup de jeune ne savent pas vraiment où le situer sur l'anatomie féminine... Dans les années 1980, un dessin de vulve dans un manuel de biologie avait fait scandale chez les mouvements catholiques intégristes qui ont réussi à le faire retirer de l'ouvrage. Cette ignorance est le fruit d'un manque d'informations considérableLa négation du clitoris doit ainsi s'entendre dans le cadre d'une vision nataliste de la sexualité "tu seras une mère ma fille" en résume bien l'idée.

Pourquoi l'orgasme clitoridien est encore considéré par beaucoup comme un "faux orgasme", un orgasme non abouti ?Tout d'abord, il y a très peu d'enquêtes réalisées autour du clitoris. La dernière étude sur le sujet remonte à 2007... Pour la médecine officielle, l'orgasme clitoridien n'existe pas, seul l'orgasme vaginal compte. C'est une vision très freudienne de la chose, qui aboutit malheureusement à de nombreux tabou sur le plaisir clitoridien. Pourtant, l'orgasme clitoridien est du même ordre que celui des hommes. Au moment de la jouissance se produit un brutal doublement du rythme cardiaque qui correspond à la même intensité que l'orgasme éjaculatoire chez l'homme. Le plaisir vaginal, lui, se caractérise par une baisse de la fréquence cardiaque, ce qui est antagonique au principe même de l'orgasme. Nous avons affaire à deux processus neurologique différents. 

Quelles sont les ressemblances du clitoris avec le pénis ?Le clitoris est un petit pénis : ils ont la même implantation, la même source pendant l'embryogénèse, la même irrigation nerveuse et la même zone d'influence dans le cortex. Le clitoris et la verge sont composés des mêmes structures caverneuses et de corps spongieux, même si leur répartition géographique est légèrement différente. Enfin ils ont le même nombre de terminaisons nerveuses. En revanche, si le gland du clitoris est plus petit que celui de la verge, leur densité est plus forte, ce qui peut expliquer son côté chatouilleux voire parfois douloureux lorsqu'il est mal sollicité. L'avantage qu'à la femme par rapport à l'homme dans la sexualité, c'est qu'elle peut connaître deux sources de plaisir : l'orgasme clitoridien et le long plaisir vaginal. C'est une grande chance !

Publicité

Le clitoris peut-il être aussi grand qu'une verge ?La taille du clitoris, c'est tout un poème ! Pour 90 % des femmes, le gland du clitoris fait entre 3 et 4 millimètres dans le sens de la hauteur et 5 millimètres lorsqu'il est stimulé. Il y a aussi des cas d'hypertrophie du clitoris, qui peut mesurer jusqu'à 10 centimètres lors de l'érection. Même le terme d"érection" pour le clitoris fut une grande source d'angoisse à l'époque, car il ressemble à un pénis. Les médecins décidaient donc d'intervenir pour le sectionner. C'est très grave ! Les femmes qui sont dotées d'un grand clitoris peuvent parfois être gênées lors des rapports mais ont aussi beaucoup de plaisir, elles appréhendent d'ailleurs mieux leur anatomie. 

Publicité
Comment faire en sorte de rendre le clitoris plus important dans la sexualité féminine ? Il faut que les mots prennent leur sens. Le mythe de l'orgasme vaginal à la vie dure ! C'est une position nataliste et freudienne qui n'aide pas les femmes à prendre en main leur plaisir. Plus on aura de mots pour en parler, plus il sera facile de le faire reconnaître. C'est encourageant car les jeunes femmes que je vois aujourd'hui en cabinet connaissent de mieux en mieux leur sexualité et ce qu'elles aiment, mais certaines continuent de penser leur sexualité sous l'angle du plaisir vaginal. Cela peut devenir une grande source de frustration, car l'orgasme vaginal n'existe pas ! C'est un long plaisir, mais seul le clitoris permet d'offrir un véritable apaisement, un véritable orgasme... 

Merci à Jean-Claude Piquard, auteur de La fabuleuse histoire du clitoris (edition H&O Au féminin) 16 euros

Jean-Claude Piquard prépare actuellement une enquête sur les variations des fréquences cardiques lors des ébats sexuels, si vous voulez y répondre, c'est par ici

 

Publicité