Une nouvelle Présidente pour l'Inde
C'était une belle campagne. Des accusations par-ci, de belles controverses par-là. Un homme contre une femme. Un vice-Président sortant, ciglé indépendant ; une femme, ancienne avocate de 72 ans, ex-sénatrice, parlementaire et gouvernante de la province du Rajasthan, candidate de la coalition au pouvoir.

Finalement, la femme a vaincu, samedi 21 juillet, avec une large avance. Quatre jours plus tard, le 25 juillet, Pratibha Patil est investie Présidente de l'Inde. Même si en Inde, cette fonction est plus honorifique qu'effective et si Pratibha Patil n'aura pas de véritable rôle à tenir à l'intérieur comme à l'international, cette nouvelle femme Président porte l'espoir.
Pour Sonia Ghandi, la dirigeante du parti du Congrès, c'est d'abord "''un moment important pour le droit des femmes''". Depuis sa belle-mère, Indira Ghandi, élue Premier ministre en 1966, aucune femme en Inde n'avait atteint un tel poste.

Porteuse d'espoir

En marge de cette élection et des quelques réussites de femmes "des affaires", la situation des Indiennes est catastrophique dans la société civile : 1 femme y est violentée, violée ou assassinée, toutes les trois minutes. Certaines sont mêmes tuées pour ne pas avoir apporté une dot suffisante à leur nouvelle famille... Une préoccupation première pour Pratibha Patil qui avait créé dès 1970 une banque en faveur des femmes...

Publicité
Publicité
Aujourd'hui, elle s'est déclarée "''reconnaissante au peuple de l'Inde, aux hommes et aux femmes de l'Inde, et il s'agit d'une victoire des principes que défend notre peuple''". L'Indienne rejoint ainsi la nouvelle vague de femmes chefs d'Etat et Premiers ministres, à l'instar d'Angela Merkel en Allemagne, Michelle Bachelet au Chili, Ellen Johnson-Sirleaf au Libéria, Mary Mac Aleese en Irlande, Helen Clark en Nouvelle-Zélande, Tarja Halonen en Finlande et Gloria Arroyo aux Philippines.

En parler sur les forums !

Publicité