On a l'impression que tous les people passent la moitié de leur vie chez un psy. Du coup, je me disais que le jour où j'irai chez un psy, c'est que je serai devenue people et que ce sera très chouette !
Sauf que c'est pas si simple...

Allez-vous chez le psy ?

Publicité

Interview d'une animatrice télé dans un magazine féminin fort réputé. Mis à part l'intérêt très relatif de ce papier car la vie de cette jeune femme est somme toute assez ordinaire, jusque là rien de très grave. C'est à la fin que ça se gâte lorsque arrive la question qui tue. L'incontournable et omniprésente question de toute bonne interview pseudo bobo qui se respecte : "Allez-vous chez le psy ?". Jusqu'à présent, elle me faisait rire. C'est vrai, on a l'impression que tous les people passent la moitié de leur vie chez un psy. Du coup, je me disais que le jour où j'irai chez un psy, c'est que je serai devenue people et que ce sera très chouette ! Mais là, tout d'un coup, je ne ris plus, la colère m'envahit et me fait bondir de rage. J'en ai par dessus la tête de cette question. On s'en fiche de savoir qui va chez le psy, quand, comment et pourquoi. Oui, pourquoi cette question revient-elle systématiquement ? D'autant que là, en plus de la question, il y avait la réponse, je vous la livre in extenso, c'est à bondir : "L'idée m'a tentée, mais cela fait partie des choses, comme le golf, que je repousse à plus tard, faute de temps."Messieurs, les psy, vous avez encore de belles années devant vous, quand les jeunes retraités, qui auront tout plein de temps pour eux, viendront vous consulter entre deux parcours de golf !

Publicité