Ca y est, elle a levé les voiles. Dimanche 15 octobre, la navigatrice Maud Fontenoy s'est lancée sur les mers, "à contre courants". Il y a quelques mois, nous l'avions rencontré en pleine préparation...

C'était devant un parterre de journalistes, son sponsor Loréal d'un côté, le Ministère de la Marine de l'autre. Pas du tout intimidée, le petit bout de femme de 28 ans s'est lancée dans le récit de ses exploits passés. Les traversées de l'Atlantique et du Pacifique en solo à la rame, en 2003 et 2005, son enfance sur la mer, sa simple vie avec ses parents et ses deux frères...

Et bien sûr, son nouveau projet, "A contre-courant". Un nom qui veut bien dire ce qu'il veut dire : c'est contre les vents et courants dominants, autrement dit à l'envers, que va s'élancer Maud Fontenoy. Et cette fois à la voile, conformément à ses premières amours. L'aventure devrait durer cinq mois, si tout va bien. Avant elle, seulement une femme avait réussi l'exploit : la Britannique Dee Caffari avait accompli son tour du monde en 178 jours. C'était en 2006...

Alors, elle s'est blindée. Elle a suivi des formations au sein de la Marine. Ces dernières semaines, on lui aura exposé à peu près tous les cas de figure, de la jambe arrachée à la dent avariée... La Marine lui aura aussi dispensé une formation de plongée, en cas de chavirage et de besoins en réparations express sur ce voilier gigantesque, dont rien que la grand voile ''"est grande comme un terrain de tennis"''. C'est ça les challenges en solo.

Et pour le moral alors ? Un peu de sophro, de relaxation, de méditation ? Non, juste quelques préceptes stoïciens, qu'elle tient de Marc Aurèle, ''"l'un des deux auteurs qu'[elle] emmène toujours avec"''. ''"Je pense que l'on a tous une énergie à l'intérieur de nous... Moi je puise beaucoup dans cette énergie et je me nourris énormément de ma famille, dont je suis très proche"'', explique Maud. ''"Bien sûr, la solitude est quelque chose que je redoute, sorti des moments très appréciables à regarder un coucher de soleil en plein milieu de l'océan, il y a tous ces moments difficiles, toutes ces tempêtes où l'on a plus qu'à faire le dos rond et attendre que cela se passe, et là, c'est sûr que l'on aimerait bien avoir quelqu'un à côté de soi"''.

"Prendre soin de moi !"

Publicité
Grand clin d'œil pour le sponsor, la marque de cosmétique L'Oréal, Maud avoue sans détour qu'être une femme et rester "très fille" sur son bateau l'aide aussi à tenir psychologiquement. "Quand le monde s'écroulait autour de moi, m'épiler, me laver [avec des lingettes de bébé !], me mettre des crèmes m'aidait à refaire surface. Grâce à ces petits rituels, cela redevenait clair et cela me rappelait pourquoi j'étais là !" C'est aussi un petit pied de nez, à tous ceux qui ont "du mal à croire qu'une femme avec des si jolies mains peut faire ça ! On dit souvent de moi "elle a des ''couilles''", mais moi je dis qu'on peut être une femme, accomplir des exploits et avoir aussi envie d'avoir des enfants..."Et d'être une femme, simplement.
Publicité