Du sexe à la télé ? Rien d'étonnant de notre côté de la Méditerranée. Mais en Egypte, le sujet reste largement tabou et Heba Qotb fait figure de pionnière. Sexologue réputée et musulmane pratiquante, elle présente depuis 2006 les premières émissions de télévision consacrées à l'éducation sexuelle dans le monde arabe. Dans un décor austère, souriante et chaleureuse sous son hidjab, Heba évoque sans tabou la masturbation, la fellation, l'adultère.

Lutter contre l'ignorance

Son objectif, que les Egyptiens et les Egyptiennes puissent mener une vie sexuelle épanouie, toujours dans le cadre du mariage. Une œuvre extrêmement utile dans un pays où l'on découvre souvent les secrets de l'alcôve le soir des noces et où les mutilations sexuelles sont encore pratiquées. Chiffre effarant, 97 % des Egyptiennes sont excisées.

Si, vue d'ici, Heba semble parfois rétrograde (elle considère l'homosexualité comme un "''trouble''" qui peut être traité), elle a jeté un pavé dans la mare du conservatisme égyptien. Entre deux consultations, tout juste de retour du Qatar, la nouvelle star médiatique du Moyen-Orient nous a raconté son parcours.

Femmes Plus : Comment êtes-vous devenue médecin sexologue ?
Heba Qotb : Médecin spécialisé en médecine légale, je me suis penchée sur les violences sexuelles, le viol, les agressions. C'est par ce biais que je me suis intéressée à la sexologie. En 2004, devant l'American Academy of Clinical Sexologists, j'ai soutenu une thèse sur la sexualité selon l'islam, d'après le Coran et la Sunna. Puis j'ai ouvert une consultation de sexologie au Caire et organisé des stages d'éducation sexuelle.

Discours sans retouche

Que dit l'islam à propos de la sexualité ? On a longtemps cru qu'il fallait privilégier le plaisir des hommes, les femmes devant accepter leurs volontés. Mais le Prophète dit des choses totalement différentes : les préliminaires, par exemple, sont conseillées dans la Sunna et le Coran. Le Coran parle aussi du rythme de l'amour. On ne doit pas abandonner sa femme trop longtemps. Il y a une véritable culture sexuelle dans ces textes et on y trouve des réponses simples à la plupart des questions sur la sexualité. L'érotisme et la pornographie y sont formellement interdits.

Comment est née ''Kalam Kebir'', la première émission d'éducation sexuelle en Egypte ? J'étais souvent invitée sur les plateaux de télévision comme experte, on m'a proposé ensuite d'avoir ma propre émission, ''Kalam Kebir'' (discussion sérieuse), en 2006, diffusée sur ''El Mehwrar''. Depuis ''Kalam Kebir'', j'ai enregistré un nouveau talk-show qui sera diffusé à partir du mois de mars. Je suis en plateau avec des invités. Elle s'appelle ''Sans retouche''. Mais je continue à exercer comme médecin, je travaille toujours au Caire.

Publicité
Quelles ont été les premières réactions lors de la diffusion de ''Kalam Kebir'' ? Grâce à Dieu, j'ai eu beaucoup moins de mauvaises réactions que je ne l'attendais. Tout le monde n'accepte pas d'être secoué. Mais l'accueil a été plutôt bon. En réalité, souvent présente sur les plateaux, j'étais déjà connue du public. En Egypte, le sexe est moins tabou que dans beaucoup d'autres pays arabes. Et même dans le Golfe, lors de mes conférences, je suis bien accueillie.

Publicité
Publicité