Rares sont les femmes qui ne sont pas directement ou indirectement concernées par l'IVG : par expérience personnelle ou parce qu'une soeur, une cousine, une fille ou encore une amie l'a vécu.
Pourtant, malgré la loi qui l'autorise depuis 1975, la pratique de l'IVG se dégrade en France.
Etat des lieux.

L'IVG révisée en 2001

Publicité
En France, l'interruption volontaire de grossesse (IVG) est autorisée depuis la loi Veil de 1975. Depuis, 200 000 IVG en moyenne sont réalisées chaque année. Un chiffre qui reste stable, malgré un accès à la contraception supposé de plus en plus aisé. En 2001, la loi de 1975 a été modifiée. Le délai d'accès à l'avortement a été allongé de 12 à 14 semaines d'aménorrhée (absence de règles), soit 12 semaines de grossesse. Et l'autorisation parentale n'est plus obligatoire pour les mineures. Il suffit que la jeune fille soit accompagnée par un adulte qui sert de référent.

'Plus' d'infos ! . "La meilleure contraception, c'est celle que l'on choisit" . Tout sur la contraception en France sur le site du ministère de la Santé . Le site du Planning familial

. Le site Fil santé jeunes . Le site de l'association nationale des centres d'interruption de grossesse et de contraception

Publicité