Fantasmes, mots crus, fellation, déguisements, film X... En matière de sexualité, que faut-il accepter ? Jusqu'où faut-il aller ? Quelles sont les limites à poser ?
Le point avec 15 situations extrêmes... ou non, et les réponses de nos sexologues et psychothérapeutes, Joëlle Hérail, Alain Héril et Gérard Leleu.

Il réclame des fellations

Pourquoi vous demande-t-il une fellation ? "La fellation est de loin la pratique sexuelle préférée des hommes", témoigne Joëlle Hérail, sexologue. Pourquoi ? Un, parce qu'elle leur procure beaucoup de plaisir (c'est une zone ultra sensible). Et deux, parce que cette caresse sexuelle flatte leur ego. Ils sont ravis que leur partenaire ait tant d'égards vis-à-vis de leur sexe, autrement dit, de l'incarnation de leur virilité !

Pourquoi ça peut choquer ? Education religieuse, stricte ou rigide, odeurs corporelles du partenaire... La fellation "peut choquer certaines femmes et les dégoûter", explique Jöelle Hérail, sexologue. Mais elles ne doivent ni se sentir incapables, ni coupables pour autant !D'ailleurs, de manière générale le partenaire ne doit pas "demander" la fellation : il s'agit d'une caresse sexuelle comme une autre, et comme toutes les caresses, l'envie de la pratiquer doit venir aussi naturellement que celle de la recevoir.

Publicité
Pourquoi peut-on l'accepter ? Tout simplement parce qu'avec la fellation, on est sûre de donner beaucoup de plaisir à son partenaire... Cette pratique peut donc être très excitante pour la femme également : le plaisir du conjoint est le meilleur aphrodisiaque qui soit !Le psychothérapeute Alain Héril précise : "La fellation s'impose naturellement lors de la relation si la femme éprouve un réel plaisir à la pratiquer".

Que font les autres ?

21 % des Français déclarent pratiquer régulièrement la fellation au sein de leur couple, selon l'enquête Sofres-Le Nouvel Observateur-RTL, publiée en avril 2009.

Publicité