Mode : toutes en vernis !

Mode : on est vernies !

avec Mode : toutes en vernis !
Pourvu que ça brille !Version plastique ou cuir splendide, façon miroir ou laquée, l'esprit verni reste un must cette saison. Du trench en vinyle, à l'escarpin en caoutchouc, du chapeau gigantesque, aux gants bicolores, on n'oublie pas non plus le sac, même très grand ou encore les leggings en PVC. On porte le verni comme un étendard ou on accessoirise, en version noire ou en couleur, mais l'important c'est que ça brille ! Sélection.

Les derniers articles
Style

Mode : toutes en vernis !
Pourvu que ça brille !Version plastique ou cuir splendide, façon miroir ou laquée, l'esprit verni reste un must cette saison. Du trench en vinyle, à l'escarpin en caoutchouc, du chapeau gigantesque, aux gants bicolores, on n'oublie pas non plus le sac, même très grand ou encore les leggings en PVC. On porte le verni comme un étendard ou on accessoirise, en version noire ou en couleur, mais l'important c'est que ça brille ! Sélection.
...Oui c'est ça, et pourquoi pas le corps à moitié tatoué avec des hanches large comme un département ? Et bien, si vous êtes en harmonie avec ce corps qui ne correspond pas aux canons esthétiques, mais belle quand même, c'est possible ! L'agence Contrebande érige les rondes, les seniors et les atypiques en "model"... C'est une agence de mannequins comme une autre...Des milliers de composites sont accrochés aux murs, le téléphone sonne 50 fois en 10 minutes et il y a sur les bureaux d'énormes ordinateurs de 54 pouces. De sportifs sculpturaux défilent avec leur book pour la prochaine campagne d'une marque de streetwear... Mais la comparaison s'arrête là. Sylvie Fabregon est la créatrice d'une agence de mannequins "particuliers" : des seniors, des très ronds ou avec des "gueules". Cette ancienne bookeuse de chez Elite est partie en guerre contre la beauté. Contre le concept de beauté imposée par les grands couturiers à coups de mannequins spaghettis au visage creusé et retouché sur Photoshop. Bref, des filles qui n'existent pas. Sans compter que cette femme "modèle" est en fait une enfant de 14 ans, un portemanteau digne des croquis élancés des designers, mais certainement pas une vraie femme. Comme celles que l'on trouve dans cette agence, avec de vraies formes et de toutes les tailles, de 1m 20 à 120 kilos !
1919-1929 : la France libérée explose de vie. C'est l'ère du "Plus jamais ça !". A Paris, on se grise de jazz, de revues nègres et de progrès. Les femmes sont de la partie. Elles ont assumé l'effort de guerre et dévoilent leurs jambes en dansant le Charleston. Elles sont insolentes et garçonnes, belles et libres. Ce sont les années folles. Expo !
Une face verte, une rouge, une jaune, une blanche, une bleue et la sixième, elle était comment déjà ? Ah oui, orange ! On tourne d'un côté, on pivote de l'autre, et le pire des casse-tête commence... Petit shopping sympa et coloré en hommage à celui qui nous a bien prix la tête : le Rubik's Cube !
La rentrée marque le pas d'un nouvel hôte dans les boutiques du chausseur André. Le créateur parisien Michel Vivien signe en effet une superbe collection de souliers chics, absolument indispensables. Et so abordables... On craque.
Noble, chic et écologique !
Des matières nobles, douces et saines. Des couleurs fraîches et belles. Des coupes modernes, sobres et impeccables. Les petits pulls des Ateliers de la Mailles sont absolument irréprochables !
Une idée, un peu de matos et hop, France Grapp est devenue une icône du loisir créatif made in home. +a commence simplement. Avec ses petits doigts, elle s'installe dans son canapé, avec tout le matériel nécessaire pour se créer une parure de princesse Mononoké, un collier de sirène ou un bracelet pleins de bling-bling ! Des colifichets qu'elle affiche fièrement dans les concerts underground et les expos d'art contemporain de Montrouge, en banlieue parisienne. Et voilà que tout le monde s'exclame et "ohhhhh mais où as tu trouvé ça..", ou des "oh mais j'adoooooorreeee !", expressions typiques dans ce genre de milieu. Après avoir rendu toutes ses copines jalouses, ou frustrées de ne pas pouvoir leur faire à toutes d'aussi jolis cadeaux qu'elle se fait à elle-même, France a décidé de quitter son métier de graphiste Web pour un site de "vieux qui n'en veulent" pour se lancer à fond dans la bijouterie de quartier, avec déjà une renommée auprès des plus grands joailliers !
(c) KaHena
Des mini, des mixtes, des maxi. En cuir, en couleur, en soie, toile cirée, en fausse fourrure, en dentelle et puis aussi en tweed vintage ! Natalie conçoit et fabrique des guêtres dans toutes ces matières, et en série limitée. Histoire de la grande aventure d'une petite entreprise !
Les mocassins sont à la hausse. On avait commencé, dans les années 60, par les piquer aux hommes, qui les avaient eux-mêmes repérés sur les pieds des Indiens d'Amérique avant de les copier, en ajoutant une pièce jaune sur la languette pour les emmener au bureau, gagner beaucoup d'argent ! C'était le temps des "penny loafers", en anglais, et nous aussi on les adorait puisqu'on faisait tout comme les garçons. Eh bien, ça, c'était avant cet hiver ! Juché sur des talons hauts, voire vertigineux, le mocassin prend sa revanche et fait le beau (et la jambe belle) dans les vitrines, avec son empeigne raccourcie, des couleurs subtiles et des matières contrastées. Les marques du luxe ont lancé le buzz, vite repris par les marques abordables. Nous voilà chaussées du nouveau modèle hybride mocassin escarpin, ultra féminin, bien moins sérieux qu'il n'y parait. Démonstration.
Publicité