Jean-Louis Courjault, le père des « bébés congelés », décide de sortir de son silence et raconte ses mois de souffrance dans un livre qui paraîtra demain : Je ne pouvais pas l’abandonner.

Quatre mois après la libération de son épouse, Véronique Courjault, Jean-Louis Courjault a pris la plume pour raconter comment il a choisi de soutenir son épouse. Cet ingénieur de 43 ans, qui avait été dans un premier temps mis en examen pour « complicité d’assassinat » avant d’être mis hors de cause, souhaitait raconter sa « détresse » et expliquer « comment j’ai fait, plutôt que m’écrouler » expliquait-il ce matin au micro de France Info.

Publicité
Publicité
Véronique Courjault, qui vit avec son mari et ses deux enfants dans un village de Touraine, avait été condamnée en 2009 à huit ans de prison pour trois infanticides commis entre 1999 et 2003. Elle est depuis mai 2010 en liberté conditionnelle. 

Je ne pouvais pas l’abandonner, Jean Louis Courjault, éditions Michel Lafon, 16,95€, parution Jeudi 30 Septembre 2010.