Deux personnes de même sexe pourront-elles bientôt se dire oui devant Monsieur le Maire ? C’est la question posée ce jour au Conseil Constitutionnel.

Alors que le mariage homosexuel est autorisé chez nombre de nos voisins européens (l’union entre deux hommes ou deux femmes est en effet légale aux Pays-Bas, en Belgique, en Espagne, en Norvège, au Danemark, au Portugal, en Islande et au Royaume-Uni), la France se pose aujourd’hui la question. Le Conseil Constitutionnel a en effet été saisi de la question par la Cour de cassation le 16 novembre dernier.

Publicité

En mai 2010, Corinne et Sophie, un couple de femmes vivant ensemble depuis près de quinze ans et parents de quatre enfants, ont déposé une requête devant le Tribunal de grande instance de Reims, rappelle LeMonde.fr. « Elles ne sont pas dans un esprit militant ou politique » explique leur avocat. « Elles veulent se marier parce qu'elles considèrent que c'est l'outil indispensable pour construire une famille ». Le 16 novembre 2010, la Cour de cassation s’est donc tournée vers le Conseil Constitutionnel, interrogeant ainsi les Sages sur les articles 75 et 144 du Code Civil, des textes de lois qui ferment la porte du mariage aux personnes de même sexe.

Publicité
La question est donc aujourd’hui de savoir si, en interdisant le mariage aux couples gays et lesbiens, la France n’est pas en infraction vis-à-vis de la Convention internationale des Droits de l’Homme, qui garantit à tous le droit de se marier et de fonder une famille. Mais les Sages oseront-ils prendre position sans renvoyer la question devant le législateur ? LeFigaro.fr rappelle en effet que les membres du Conseil Constitutionnel avaient ainsi renvoyé la question de l’adoption par les couples homosexuels devant le Parlement en octobre dernier. La discussion est ouverte…