Dilma Rousseff a été élue dimanche présidente du Brésil avec 56% des suffrages.

L’économiste brésilienne de 62 ans vient de remporter la victoire contre son adversaire José Serra, et succède ainsi au président sortant, Lula da Silva, qui achève son second mandat. Dilma Rousseff devient donc la première femme à diriger le Brésil et entend poursuivre le travail de son mentor, à savoir continuer d’éradiquer la pauvreté à laquelle le pays est confronté.

Ancienne ministre du gouvernement Lula, la candidate du Parti des travailleurs s’est taillé au fil des ans une réputation de "dame de fer". Militante de la première heure, elle a également passé trois ans en prison dans les années 70, pour avoir combattu la dictature militaire.

Publicité

A la suite de son élection, Dilma Rousseff a remercié "avec beaucoup d’émotion" le président Lula pour son soutien, elle a laissé entendre qu’elle viendrait toujours prendre conseil auprès de lui : "Je frapperai souvent à sa porte et je sais qu'elle sera toujours ouverte" rapporte le site Internet du Nouvel Observateur. "La tâche de lui succéder est difficile et représente un défi, mais je saurai honorer cet héritage et amplifier son travail" a ajouté la candidate. La mission qui l’attend est en effet de taille mais Dilma Rousseff ne semble pas vouloir ménager sa peine : "Nous ne pourrons avoir de repos tant que des Brésiliens souffriront de la faim" a-t-elle affirmé.

Publicité
Nicolas Sarkozy a, de son côté, été le premier à la féliciter et a souligné que "sa victoire témoigne de la reconnaissance du peuple brésilien pour le travail considérable qu'elle a accompli avec le président Lula pour faire du Brésil un pays moderne et plus juste".

 

© Wilson Dias/wikimediacommons