L’un des grands débats de l’année 2010 aux Etats-Unis, hormis la réforme de l’assurance maladie, a été la levée du tabou sur l’homosexualité dans l’armée américaine. Après des mois d’hésitation, le Sénat vient de voter une loi en ce sens. 

Jusqu'à présent, les textes de loi interdisaient aux soldats américains d’afficher leur orientation sexuelle sous peine de se voir renvoyé. Cette loi, communément appelée la loi "don’t ask, don’t tell" (en Français "ne rien demander, ne rien dire"), obligeait ainsi les soldats gays et lesbiens à taire leurs préférences sexuelles. Ceux qui ne la respectaient pas risquaient la radiation.  

Publicité

Après 17 ans de controverse, cette loi a enfin été abolie par le Sénat américain. Reste maintenant au président Barack Obama à la promulguer. Il faudra ensuite qu’il soit "certifié" que les nouvelles règles ne perturbent pas le bon fonctionnement des services militaires américains.  

Publicité
Toutefois, si le progrès législatif est une bonne chose, encore faudrait-il pouvoir observer le même progrès dans les mentalités. Le site Cyberpresse.ca rapporte ainsi que, d’après le Pentagone, 70% des militaires sont prêts à accueillir les soldats homosexuels (ouvertement, et non sous le sceau du tabou) dans les rangs de l’armée. Cependant, chez les Marines, ou dans d’autres unités de combat, les proportions sont inversées : 60% auraient préféré le maintien du tabou.