Le Pape serait-il sur la voie de l’évolution ? Benoît XVI vient en effet de surprendre en faisant de nouvelles déclarations sur l'usage, autorisé ou non, des préservatifs.

 

Ce n’est pas un scoop, l’Eglise catholique est généralement plus encline à privilégier chasteté et fidélité qu’à défendre l’usage du préservatif en vue de relations sexuelles sûres. Cette tendance s’est même affirmée depuis l’arrivée de Benoît  XVI au Vatican.  Mais le Pape serait-il en train d'adopter une attitude plus en phase avec son époque ? D'après de ce qu'on peut lire dans son livre Lumière du monde, à paraître le 3 décembre en France chez Bayard Presse, l'usage du préservatif pourrait être conseillé, dans des conditions "exceptionnelles". "Dans certains cas, quand l’intention est de réduire le risque de contamination, cela peut quand même être un premier pas pour ouvrir la voie à une sexualité plus humaine, vécue autrement" cite France-Info.com. Pour illustrer les situations exceptionnelles, Benoît XVI mentionne "un homme prostitué" comme exemple.  

On se souvient de la bronca soulevée par les propos du Pape, lors de sa visite en Afrique en mars 2009. Le souverain pontife avait alors déclaré à propos du Sida que le préservatif "aggravait" la situation. Pour les associations de lutte contre le Sida, il s’agit d’un pas significatif mais "le pape est encore loin du compte", comme le déclare l'association Act Up-Paris. 

Publicité

A noter que Benoit XVI est le Pape des déclarations polémiques. Avant ses déclarations sur l'usage du préservatif, il avait déjà fait débat pour des propos controversés sur Mahomet et pour avoir voulu réintégrer un évêque négationniste. Dans son ouvrage, il semblerait qu’il se soit adouci sur ces points également en défendant Pie XII qui "a sauvé plus de Juifs que personne" et en déclarant de pas voir de "raison à une interdiction générale" de la burqa en France.  

Publicité
Benoit XVI s’adoucirait-il en prévision d'une éventuelle passation de flambeau ? A 83 ans, le Pape, qui s’affaiblit de jour en jour, pourrait bien démissionner si sa santé continue à altérer ses capacités physiques.

 

(©Fabio Pozzebom/ABr)

 

Publicité