Il semblerait que de tous les couples mariés, aux Etats-Unis, ceux qui ont patienté jusqu’au mariage pour "consommer" auraient par la suite de bien meilleurs rapports sexuels et conjugaux que les autres. 

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, cette étude n’a pas été commandée par l’Eglise. C’est une revue scientifique américaine, The Journal of Family Psychology, qui a mené l’enquête, rapporte LePoint.fr

Publicité

L’étude a porté sur 2 035 couples américains mariés, représentatifs de la population du pays. Et les résultats sont étonnants. Un couple ayant patienté jusqu’à la nuit de noces pour enfin s’adonner aux plaisirs de la chair affirmerait avoir : -    plus de satisfaction quant à la qualité de leurs rapports sexuels (+15%)-    plus de stabilité dans leur relation de couple (+22%)-    plus de communication entre les époux (+12%) 

Voilà  une étude qui devrait faire très plaisir aux défenseurs de la sacrosainte vertu, tant aux Etats-Unis qu’au Vatican, lesquels ne tarderont sûrement pas à s’appuyer sur ces résultats scientifiques pour continuer de prôner l’abstinence avant le mariage. Pour Dean Busby, professeur de l’université de Brigham Young dans l’état de l’Idaho, qui a conduit cette enquête, c’est grâce au temps qu’accordent les futurs époux à se connaître, sans consommer donc, que leurs échanges sont aussi satisfaisants par la suite.

 

Publicité
Certes. Mais comme le dit si bien Frédéric Léwino, chroniqueur au Point, plus satisfaisants ne veut pas forcément dire meilleurs. Supposons que les deux époux ont attendu d’être unis pour se "découvrir", cela voudrait dire qu’ils n’ont rien découvert d’autre. Peut-on en effet être insatisfait d’une chose dont on ne connaît pas de meilleure version ? A vous de juger…