Trop de violences !

Ce samedi 25 novembre est consacré par l'ONU "Journée internationale contre les violences faites aux femmes".
Catherine Vautrin, ministre délégué à la cohésion sociale et à la parité, a divulgué mercredi dernier en conférence de presse des chiffres effarants concernant la France, et notamment le fait qu'une femme meurt tous les trois jours des suites de violences au sein du couple...
Triste constat.
C'est donc un fait, les statistiques concernant les violences faites aux femmes restent dramatiquement alarmantes, ici aussi :
- 1 femme sur deux est victime de violence
- 1 femme meurt tous les 3 jours des suites de violences au sein du couple (ce chiffre était de un décès tous les quatre jours l'an passé... Un homme décède tous les 14 jours)
- près d'1 femme sur 10 a été victime de violences conjugales (verbales, psychologiques, physiques, sexuelles) au cours des douze derniers mois
- plus d'1 femme sur 10 a subi une agression sexuelle au cours de sa vie
- près de 2 femmes sur 10 dénoncent les pressions psychologiques sur leur lieu de travail
- 1 femme sur 5 est victime de violences dans l'espace public (insultes, vue d'un exhibitionniste, importunée sexuellement ou suivie dans ses déplacements)....
[''sources Etude nationale des décès liés aux violences au sein du couple 2006 et 2005'']

Soutenir et prévenir

Amnesty International France rappelle opportunément que "les violences faites aux femmes sont une violation de leurs droits humains, nourries par une discrimination de genre, c'est-à-dire pour la simple raison qu'elles sont femmes". De son côté, les Espagnoles constatent avec amertume le peu de progrès acquis depuis la promulgation de la ''"loi de protection intégrale contre la violence de genre"'' par Zapatero en 2004. 60 femmes sont décédées de suites de violences conjugales, soit autant qu'en 2005 à même époque...Nous sommes aujourd'hui à mi parcours du Plan triennal 2005-2007 de lutte contre les violences faites aux femmes, en particulier les violences exercées dans le cadre conjugal...

Publicité
Un plan d'action sur 3 ans C'est dans le cadre de ce plan que la France a modifié sa législation pour mieux et plus réprimer les violences faites aux femmes, reconnaître le vol entre époux, affirmer le respect (en plus de la fidélité...) que se doivent les époux, définir l'âge nubile à 18 ans pour lutter contre les mariages forcés. Traitement en temps réel des plaintes et procédures judiciaires, pénalisation accrue, accueil et écoute des victimes dans les gendarmeries et les commissariats avec des permanences d'associations et d'intervenants sociaux, mise en place de formations aux policiers, gendarmes, élus, médecins généralistes... Soutien financier aux associations, structures d'accueil, coordination des services de santé et des aides à l'insertion professionnelle. Mise en place de l'allocation de logement temporaire (ALT). Prévention, qui passe par l'information (dépliants, guides de bonnes pratiques) et de la communication (campagne de publicité). Voilà tout l'arsenal développé pour mieux lutter et prévenir des violences faites aux femmes...
Publicité