Une formidable carrière
Correspondante du journal "The Hindu" à Paris, pour lequel elle traite tous les sujets d'actualité, elle part très souvent en reportage, couvrant aussi bien les guerres, que la politique internationale ou les grands problèmes sociaux. Elle a notamment suivi tous les conflits successifs en Europe de l'Est, les sommets européens, et elle se penche sur des thèmes difficiles comme, par exemple, celui des femmes battues en France... ou le scandale du Clemenceau qu'elle fait éclater, en Inde, avec un article du 12 décembre 2005.

Elle est aussi, depuis son arrivée en France, correspondante et présentatrice de Radio France Internationale, et productrice de radio et de télévision pour les principales sociétés françaises de télévision, France Culture et Radio UNESCO. Autant dire qu'elle connaît l'Europe et une bonne partie du monde, pour les avoir souvent tenus au bout de son micro ou de sa caméra.

Elle aussi éditrice chez Fayard, responsable de la littérature étrangère de langue anglaise, ce qui l'amène évidemment à parcourir le monde pour dénicher des manuscrits ou acheter les droits d'un livre. Elle aime faire ainsi connaître des auteurs, indiens par exemple, qui écrivent dans l'une des 22 langues nationales, et qui ont déjà été traduits en anglais. Elle a ainsi publié un livre de Narendra Jadhav, écrit en marathi: "Intouchable" (Fayard, 2002). Un livre qui permet de comprendre le martyre de gens élevés dans le monde souterrain des parias.
Journaliste, elle ne lâche jamais un sujet et ne recule devant rien. Editrice, elle défend ses choix jusqu'au bout.

Avec de grands yeux sombres et profonds, un regard vif et pénétrant, Vaiju Naravane, petite et frêle, a la grâce et la légèreté d'une biche, son animal favori. Elle possède, en plus, la souplesse et la résistance d'un fil d'acier, et une force de persévérance que seule la foi dans un idéal peut donner, qualités qu'elle dit devoir, dans sa modestie, entièrement à son père et à son éducation.

Son enfance et son adolescence ont pour cadre l'Inde idéaliste des années 1950, alors que le pays était porté par la vision de ses deux grands hommes, Gandhi puis Nehru. Son père, touche à tout génial qui écrit, fait des films... est aussi un de ces communistes bourgeois, athée, plein de contradictions puisqu'il envoie ses filles faire leur éducation au couvent. Vaiju grandira donc sous les deux signes de la politique libertaire de son père et de la culture puritaine anglo saxonne répressive des bonnes sœurs.

Une femme sincère

Publicité

Après des études en Inde et aux Etats Unis, elle choisit de vivre en France. Pourquoi? "Parce que, dit-elle, le France est un pays "grand style", un pays de goût, d'élégance et de distinction. Je suis tombée amoureuse de la France dès mon plus jeune âge, par la littérature surtout!" Et elle parle un français parfait. Elle dit qu'elle adore l'Italie où elle a vécu aussi pendant de longues périodes. Et elle parle un italien parfait. Elle se dit aujourd'hui fascinée par l'Espagne, pour elle l'un des pays d'Europe vraiment intéressant à observer.

Publicité
Mais l'Inde reste pour elle le pays de référence et elle y retourne régulièrement. "C'est un pays enthousiasmant, un pays en mouvement! Rien n'est statique en Inde. "S'il fallait y choisir une région ce serait le Kerala.Une région où non seulement la nature est encore magnifique. C'est au Kerala que je me sens le mieux. J'y retrouve toujours mes forces, mon calme et l'espoir en l'avenir".
Publicité