Vidéo associée: 

Exclu Public : Affaire Théo : la rédac l'a rencontré

Corps: 

Mercredi 8 février, Public.fr est allé rendre visite au jeune Théo qui a été victime d'une interpellation policière très violente, il y a moins d'une semaine, à Aulnay-sous-Bois. Dans le Centre Hospitalier Intercommunal Robert Ballanger, l'ambiance n'était pas à la fête. Rencontre avec un jeune homme qui tient le coup tant bien que mal. 

Il est environ 17 heures 30 et notre taxi vient de nous déposer devant le Centre Hospitalier Intercommunal Robert Ballanger. Nous nous apprêtons à rendre visite en exclusivité à Théo, 22 ans, dont toute la presse parle depuis sa violente interpellation par quatre policiers.
 Notamment l'introduction d'une matraque télescopique dans l'anus du jeune homme et une déchirure de plus de cinq centimètres de long. Théo a dû subir une opération, et va devoir assumer des séquelles physiques et mentales très certainement irréversibles. L'incompréhension totale pour lui et sa famille. 

Un contrôle d'identité qui dégénère et nous voilà au chevet de cette victime. Dans la chambre, il fait sombre, presque nuit, mais on peut clairement distinguer le sourire du jeune homme. Décrit par ses proches comme étant extrêmement gentil, serviable, attentionné, généreux et aimant, Théo nous confirme cet éloge en un regard. Ce garçon respire la bonté et la joie de vivre. Animateur pour enfants et footballeur, il est le petit dernier de sa famille, mais le premier à prôner la non-violence. Nous lui avons rendu visite en compagnie du rappeur Lartiste qui a tenu à saluer son courage. Les deux hommes s'échangent une poignée de mains et quelques paroles. L'occasion pour nous d'observer Théo. Il est calme, reconnaissant et très souriant. C'est ce qui nous interpelle, son sourire. Un sourire que personne n'a réussi à lui enlever malgré le drame qu'il a vécu. "Merci beaucoup d'être venus, ça fait plaisir" nous a-t-il lancé.

Nous ne nous attardons pas dans la chambre, au milieu de sa famille et de ses amis. Il a besoin de repos. Les médecins ne se prononcent pas encore sur son état de santé, c'est beaucoup trop tôt. Malou et Charlène acceptent de répondre à nos questions. Elles parlent pour leur cousin et au nom de toute leur famille. Elles veulent que justice soit faite sans violence ni bavure. Elles ont confiance en l'avocat de Théo et au système judiciaire français. Elles soulignent également que la famille de Théo n'a jamais souhaité tout le battage médiatique que suscite cette affaire. Le jeune homme doit être préservé pour le moment et c'est tout ce qui compte. Encore très fragile, "il dort très peu la nuit et on se doit d'être à son chevet" a notamment confié Malou.Pour rappel, les quatre policiers ont été mis en examen, l’un pour "viol" et les trois autres pour "violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique."

Toute reproduction interdite sans la mention Public.fr

À voir également : Affaire Théo : la haine !

D.A

Partager cette vidéo :

Publié le 10/02/2017
98 vues
Publié le Vendredi 10 Février 2017 : 18h57