Destination idéale entre deux saisons, la ville de Nikko au Japon regorge de pépites historiques et naturelles classées au patrimoine mondial de l'Unesco. Rien que ça.

Contemplation. Lumière du Soleil. Voilà une ville qui porte bien son nom. Jamais plus belle à l'automne, Nikko, située à 120 km de Tokyo, s'habille d'une robe rougissante aux reflets pourpres, jaunes et verts. La contemplation même des érables, des ginkgos et des cèdres, admirée par des touristes nombreux mais discrets, ferait presque oublier une coutume aristocratique héritée de l'ère Heian (jusqu'à l'an 1185). L'observation des feuilles d'automne colorée est d'ailleurs devenue, depuis, l'un des passe-temps les plus populaires des Japonais.

Construite à flanc de colline et entourée d'un parc national, d'un jardin botanique et de chutes d'eau, la ville de Nikko jouit d'un cadre naturel exceptionnel. Le lac Chuzenji, sublime avec son reflet changeant au fil des saisons, est le spot idéal pour des virées en bateau (avec un peu de brume c'est encore mieux) ou pour pratiquer, face aux montagnes en demi-teintes, un cours de yoga en plein air. Dépaysement garanti aussi le long de Suginami, une route bordée de 12 000 cèdres dont près de 400 sont centenaires où vers les chutes de Kegon, dont l'eau descend d'un bloc sur une hauteur de 97 mètres.

Publicité
Publicité

Chefs-d'œuvre d'architecture. En harmonie avec le cadre naturel environnant, la main de l'homme a bâti ici des chefs-d'œuvre d'architecture. Les sanctuaires et temples de Nikko forment un seul ensemble d'une centaine d'édifices religieux. Parmi eux - s'il n'en fallait qu'un - le rutilant Nikko Tosho-Gu : une perle locale...

Lire la suite sur Grazia

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité