PERSONA GRAZIA - Poésie brutale et érotisme primal composent l'univers de cette auteure canadienne.

L'univers d'Audrée Wilhelmy n'a rien de tendre : sa poésie est brutale, son érotisme primal. Dans ses romans, les femmes enlèvent toutes leurs écorces et trouvent leur force dans l'animal, dépouillées du regard de l'homme qui contredirait l'idée d'un être moins sexuel et violent. "Elles sont désirantes, libérées des codes. Plus organiques que les hommes", dit-elle.

Publicité
A 32 ans, la Canadienne s'est fait connaître avec Oss, son premier roman, puis avec Les Sangs, en 2015. En écrivant des textes quasi mythologiques, elle déflore aussi les tabous. Dans Le Corps des bêtes, la jeune Mie attend ainsi que son oncle l'initie au sexe. "Ecrire me force à trouver des angles inédits pour comprendre des situations qui sont condamnables d'entrée de jeu", dit-elle. Conteuse amorale, Wilhelmy nous amène à avoir de l'empathie pour le plus dérangeant, interroger nos instincts face aux normes sociales. Et à repenser ainsi le féminin, dans ce qu'il a de plus sauvage.

Le Corps des bêtes, d'Audrée Wilhelmy (Grasset, 200 pages).

-------------------

Publicité

Myth Syzer est l'ultime lover

La double face de Sebastian Stan

Imogen Poots, la nouvelle drama queen du cinéma

Lire la suite sur Grazia

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité