EPISODE 2 - Comment, à 46 ans, on décide de lancer son podcast sur la mode.

5 décembre 2017, j'ai 46 ans, je ne pleure plus de désespoir mais de fierté. Eh oui, finalement, je peux remercier ce relevé de piges à 450 euros, car c'est grâce à lui que ma renaissance a eu lieu. Un an après, j'ai appris à reprendre confiance en moi, à envisager tous les possibles et, surtout, je sais enfin combien je vaux. Mais je dois avouer que le chemin a été long et fastidieux au départ.

Publicité

La raison de cette renaissance est donc liée à un podcast. Perso, j'ai toujours écouté des podcasts d'outre-Atlantique. Chez nos cousins canadiens francophones, on appelle même cela de la "baladodiffusion". N'est-ce pas chou ? Bon, je ne suis pas là pour écrire une thèse sur la sémantique du mot podcast, mais pour vous parler de Chiffon.

Publicité
Kézako Chiffon ? Je vous invite à revenir sur ce que je vous écrivais la semaine dernière en ces pages. Des piges qui fondent comme neige au soleil (le compte en banque et l'estime de soi avec) et un besoin vital d'une reconversion professionnelle. J'ai toujours rêvé de faire de la radio, mais entrer chez Radio France, c'est un peu franchir l'Everest pieds nus. J'ai été biberonnée à ce média dès ma plus tendre enfance. Mais je me voyais mal à 45 ans frapper à la porte de Mathieu Gallet, le révolu président de cette prestigieuse maison, en disant : "Salut, je suis Valérie Tribes, j'ai mille idées à vous soumettre, je vais d'ailleurs prendre la place de Nicole Ferroni ou de Sonia Devillers." Non, ma timidité est...
Lire la suite sur Grazia

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité