Dans une tribune, L'Express accuse Coeur de Pirate d'avoir utilisé la vague Me Too à des fins commerciales. Sur les réseaux sociaux, la chanteuse victime d'un viol conjugal ne décolère pas.

Coeur de Pirate est en colère. Il y a quelques jours, nos confrères de L'Express publiaient une tribune acerbe baptisée "Coeur de Pirate se saborde-t-elle ?" dans laquelle ils s'intéressaient à un nouveau titre de la chanteuse. Dans Je veux rentrer, Coeur de Pirate met des mots sur le viol conjugal dont elle a été victime il y a quelques années. Une confession musicale qui, visiblement, a rendu sceptiques nos confrères : "La vague #MeToo a-t-elle été un l'un des détonateurs de cette confidence violence ou une bonne opportunité ?"

Une problématique que Coeur de Pirate a mal digérée. Sur les réseaux sociaux, la chanteuse a poussé un vif coup de gueule : "Honnêtement je suis hors de moi. Une bonne opportunité? Please. Comme si j'avais vu le fait de parler d'une expérience qui m'a détruite comme une façon de faire parler de moi. Comme si j'avais voulu revivre cette chose incessamment en interview comme ailleurs pour le plaisir. Non mais allons. On se demande encore pourquoi aujourd'hui les femmes ont peur de dénoncer".

Publicité

A post shared by Coeur De Pirate (@beatricepirate) on Jun 13, 2018 at 11:50am PDT

"Des sujets qui m'étouffaient"

Publicité
Interrogée par Télé Star il y a quelques jours, Coeur de Pirate avait mis des mots sur les "relations sexuelles non consenties" que ses ex-compagnons lui avait parfois infligées : "Je me suis retrouvée dans des relations non consenties certaines fois. Je ne savais pas comment réagir. Dans un couple, c'est traumatisant".
Lire la suite sur Closer

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping People du jour : 

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité