À l’occasion d’un biopic qui sort sur les derniers jours de sa mère – l’icône pop Nico – Ari Boulogne (fils qu’Alain Delon n’a jamais reconnu) revient sur comment cette dernière l’a initié à la drogue dure.

Publicité
Publicité
Nico 1988, c’est le titre d’un biopic qui sort cette semaine et retrace la dernière tournée européenne de la chanteuse-muse pop Nico qui décèdera lors d’un stupide accident de vélo à Ibiza. Dans sa vie, l’égérie de Velvet Underground avait trois passions : la musique, la drogue et son fils Ari qu’elle a eu avec Alain Delon au début des années 60. Si le monstre sacré du cinéma français a toujours nié cette paternité, sa mère – Edith – a reconnu les traits Delon et a pris sous son aile celui qui témoigne aujourd’hui dans les colonnes du Journal du dimanche. De son géniteur, Ari Boulogne ne dira rien, préférant rendre hommage à sa maman dont la fin de vie sur grand écran ne correspond en rien à ce que le petit garçon a vécu à l’époque. « Sur le moment, j’ai été poli avec la réalisatrice [Susanna Nicchiarelli ndlr] et je lui ai dit que c’était pas mal, avoue Ari Boulogne. Mais avec le recul, je trouve que ce film occulte une grande part de la vérité […] Ma mère n’était pas cette femme. »

Anthony Delon charge son père Alain Delon, « seul et (...) Cliquez ici pour voir la...

Lire la suite sur Voici

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping People du jour :