Dans la série « Capitaine Marleau », elle est un gendarme déjanté et bienveillant. Plus de sept millions de Français adorent cette Ch’tie.

Pousser la porte de sa maison, à Roubaix,..

Dans la série « Capitaine Marleau », elle est un gendarme déjanté et bienveillant. Plus de sept millions de Français adorent cette Ch’tie.

Pousser la porte de sa maison, à Roubaix, c’est entrer dans un tableau carnavalesque de James Ensor. Il y a un fauteuil à plumes, des masques, de drôles de bibelots ; près du salon, sous la verrière 1900, un bestiaire fabuleux en papier mâché galope le long d’une ancienne voie ferrée. Assise dans son jardin, Corinne Masiero sirote un café et se roule une clope. Un air juvénile à faire mentir ses 54 ans. Chevelure flamboyante, des yeux gris, couleur d’orage. Sans fard. Elle insiste auprès de la photographe de Match : « Promets-moi de ne pas retoucher les images. Pourquoi devrait-on avoir honte de ce que l’on est ? »

Lire aussi: Les séries préférées des candidats à l'élection présidentielle

Publicité
Publicité
Dans la rue comme à l’écran, elle assume. Sa gouaille ch’tie, sa dégaine atypique. Ça plaît. Quand la réalisatrice Josée Dayan lui fait incarner la capitaine Marleau, gendarme bourrue mais bourrée de tendresse et d’humour, les audiences explosent : plus de 7 millions de téléspectateurs – toutes générations confondues – pour les derniers épisodes. Dans notre société bien corsetée, cette gueule d’atmosphère est une bouffée de liberté.

Lire aussi: Corinne Masiero : qui est l'actrice sous la chapka du capitaine Marleau ?

La môme Masiero se revendique d’une dynastie...

Lire la suite sur Paris Match People

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping People du jour : 

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X