Après avoir été violée sur le campus de l’Université de Stanford en janvier 2015, une jeune femme a écrit une lettre poignante qu'elle a lue à son violeur pendant le procès. Buzzfeed a publié ce témoignage après la condamnation de l’étudiant, qui a écopé de seulement 6 mois de prison. Découvrez son texte qui émeut la Toile entière...

© Istock

Dans la nuit du 17 au 18 janvier 2015, une jeune femme est retrouvée par deux étudiants suédois inconsciente et à moitié nue derrière une benne avec un homme positionné au-dessus d’elle. L’affaire s’est déroulée à l’Université de Stanford aux Etats-Unis, en plein pendant le débat qui secoue le pays sur le nombre grandissant d’agressions sexuelles sur les campus. Les deux étudiants interviennent, et amènent la jeune femme, qui reste anonyme, à l’hôpital.

Le procès du violeur, Brock Allen Turner s’est déroulé le 2 juin 2016. Le jury l’a reconnu coupable, et le juge a pris la décision de le condamner à six mois de prison avec sursis quand il encourait 14 ans ferme. D’après Buzzfeed, le magistrat  "craignait qu’une plus longue condamnation ait un « impact sévère » sur le jeune homme", membre de l’équipe de natation de la faculté et qui aspire à faire les Jeux Olympiques comme cela "a été répété à plusieurs reprises pendant le procès".

Publicité
Publicité

Pendant le procès, la jeune femme s’est adressée directement à son violeu r, en détaillant les très sérieuses conséquences qu’a eu l’agression sur sa vie, tandis que Brock Allen Turner assurait qu’elle était consentante. "J’ai essayé de faire sortir tout ça de mon esprit mais c’était si lourd que je ne parlais pas, je ne mangeais pas, je ne dormais pas, je n’interagissais avec personne. Après le travail, j’allais en voiture dans un endroit isolé pour hurler.", raconte la victime.

Plus d’un an après les faits, sa vie est toujours bouleversée. "Mon indépendance, ma joie de vivre, ma douceur et la vie stable que j’avais auparavant sont complètement déformées, au-delà de l’entendement. Je suis devenue introvertie, colérique, sans estime de moi-même, épuisée, irritable, vide. Cet isolement est parfois insupportable. Tu ne peux me rendre la vie que j’avais avant cette nuit", écrit-elle.

Vous pouvez consulter l’intégralité de la lettre de la jeune femme traduite en français sur le site de Buzzfeed France.

De son côté, le père de l’agresseur estime que son fils est une victime, et qu’il est malheureux. Son argument ? Brock Allen Turner ne mange plus de steak : "Brock a toujours aimé certains types de nourriture et est un excellent cuisinier. J’ai toujours été excité à l’idée de lui acheter un gros steak à griller. Je devais toujours m’assurer de cacher mes bretzels et mes chips favoris parce que je savais qu’ils ne seraient plus là quand Brock rentrerait d’un long entrainement de natation. Maintenant il ne consomme presque plus de nourriture, et ne mange que pour subsister". "Ce verdict l’a brisé lui et notre famille de pleins de façons différentes", écrit Dan Turner. Pire, il ajoute : "c’est un prix élevé à payer pour 20 minutes d’action".

A VOIR - Hongrie : les femmes responsables de leur viol ?

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité