1919-1929 : la France libérée explose de vie. C'est l'ère du "Plus jamais ça !". A Paris, on se grise de jazz, de revues nègres et de progrès. Les femmes sont de la partie. Elles ont assumé l'effort de guerre et dévoilent leurs jambes en dansant le Charleston. Elles sont insolentes et garçonnes, belles et libres. Ce sont les années folles. Expo !

La revue des Années folles !Dans le dressing des années folles...C'est dans une ambiance tamisée que le musée Galliera nous plonge dans la décennie 1919-1929 et "Les années folles" à travers quelques 170 modèles, 200 accessoires, 50 parfums et cosmétiques, mais aussi illustrations sonores, photographiques et autres "actualités"... Pénétrons l'intimité de ces femmes émancipées au travers... de leur dressing !''Les Années folles à Galliera'' ''Egidio Scaioni. Lucien Lelong, 1925. Ensemble en maille "Coupe Fil"''Page 2Révolution de jambesFin de la première guerre mondiale. Son influence aura été considérable sur la femme et donc sur la mode féminine... Les hommes au front, elles ont du fournir "l'effort de guerre", leur mode de vie, leur style de vie, leurs aspirations ont évolué. Un mouvement irréversible qui marque la première génération de femmes modernes et qui démarre sur un air de révolution : elles montrent leurs jambes !''Les Années folles à Galliera'' ''Modèles de Drecoll, Jenny, Philippe & Gaston'' ''Art Goût Beauté, juin 1925, no 58''Page 3L'émancipationLa paix enfin retrouvée, vient le temps des années folles avec une course effrénée aux nouveautés, à la modernité, à une volonté de jouir de tous les instants. Les années vingt portent cette émancipation. La France s'ouvre à toutes les influences et découvre les ballets russes, le jazz, la revue Nègre. C'est la vogue des boîtes de nuit et des dancings de Pigalle, Montmartre et Montparnasse, un phénomène !''Les Années folles à Galliera'' ''Dessin Maison Lanvin, modèle "Maharanée", vers 1925'' ''Gouache sur papier''Page 4Travail, sport et cigarettesLa mode s'adapte au nouveau style de vie de ces femmes émancipées, qui travaillent, font du sport, sortent et fument. Paul Poiret, Worth, Fortuny, Coco Chanel et autres sœurs Callot imposent une silhouette "à la garçonne". Les robes sont raccourcies, largement décolletées jusque dans le dos, la taille peu marquée et le corset définitivement abandonné. ''Les Années folles à Galliera'' ''Jean Patou, vers 1925.'' ''Robe du soir en satin de soie noir, broderies de paillettes, perles et tubes rouges, dorés et nacrés.''Page 5 Une silhouette "à la garçonne"Les chapeaux lourdement ornés disparaissent au profit du chapeau cloche ; les chaussures, désormais visibles, sont souvent réalisées dans le tissu que la robe. De nouvelles étoffes, comme la mousseline brochée de métal et le tussor apparaissent. Les femmes se maquillent de fards de couleurs vives, s'épilent les sourcils, portant pyjama du soir en soirée et cheveux courts, parfois gominés. Elles manifestent une volonté de libération...''Les Années folles à Galliera'' ''Dessin de la Maison Lanvin, manteau "Select", robe "L'Oiseau Bleu", vers 1925'' ''Gouache sur papier''Page 624 h de la vie d'une femme....Les scénographes ont pris soin d'élaborer un parcours complexes, à la hauteur de la folie de cette période, qui permet de tourner autour des collections. Ils nous invitent à partager vingt-quatre heures de la vie d'une parisienne élégante : tenues du soir, tenues du jour, tenues de sport et accessoires avec la musique de Joséphine Baker en fond sonore.''Les Années folles à Galliera'' ''Dessin Maison Lanvin, cape "Rita" et robe "La Cavallini", vers 1925'' ''Gouache sur papier''Page 7Sobriété des lignes, richesse des broderiesLa toile de Pierre Sicard figurant le Pigall's et le Charleston donne le ton dès l'entrée... Le parcours débute avec les robes à danser dont ces années raffolent car elles accompagnent le mouvement sans l'entraver. Décolletées, sans manches, de forme dite "tubulaire", la taille abaissée au niveau des hanches, femmes et formes sont libérées du corset...La sobriété des lignes contraste avec la richesse des décorations brodées de fil d'or, d'argent, de strass... Les robes du soir s'affichent au théâtre ou au restaurant. A partir de 1922, elles se déclinent en ensembles raffinés avec des capes ou des manteaux, avec des traînes...''Les Années folles à Galliera'' ''Jeanne Lanvin, vers 1925.'' ''Robe "Lesbos"''Page 8 Dynamisme, jeunesse, sveltesseBelles et rebelles, les femmes affichent leur nouvelle liberté. Les tenues s'inspirent du sport, la maille apparaît, elle sera sublimée par Coco Chanel... Les lignes et les motifs s'inspirent de l'Art Déco, sans fioriture, simplement ornés de frises orientales ou géométriques...''Les Années folles à Galliera'' ''Lucien Lelong, 1928.'' ''Ensemble de Tennis.''Page 9Plus d'infos !"Les années folles 1919-1929". Jusqu'au 31 mars 2008 Galliera, Musée de la mode de la ville de Paris. 10, avenue Pierre Ier de Serbie, Paris 16e Renseignements : 01 56 52 86 00 Le site du Musée Galliera''Les Années folles à Galliera,'' ''Dessin Maison Lanvin, vers 1925,'' ''Robe "Lesbos" et cape "Clair de Lune."''Page 10

© Egidio Scaioni / Galliera / Roger-Viollet

"Plus jamais ça !"

1919-1929 : la France libérée explose de vie. C'est l'ère du "Plus jamais ça !". A Paris, on se grise de jazz, de revues nègres et de progrès. Les femmes sont de la partie. Elles ont assumé l'effort de guerre et dévoilent leurs jambes en dansant le Charleston. Elles sont insolentes et garçonnes, belles et libres. Ce sont "Les années folles". Expo au Musée Galliera de la mode de Paris...

''"Les Années folles à Galliera"'' ''Egidio Scaioni. Lucien Lelong, 1927.'' ''Manteau du soir "Byzance".''

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X